Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Enquête sur "l'islamo-gauchisme" à l'université : le CNRS dénonce une "instrumentalisation de la science"

-
Par , France Bleu

Frédérique Vidal a demandé mardi au CNRS de dresser un bilan de l'ensemble des recherches qui ont lieu à l'université pour distinguer ce qui relève du champ académique de ce qui appartient au militantisme. La ministre de l'Enseignement supérieur estime que "l'islamo-gauchisme gangrène" l'université.

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal quitte l'Elysée après le conseil des ministres, le 16 septembre 2020 à Paris (illustration).
La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal quitte l'Elysée après le conseil des ministres, le 16 septembre 2020 à Paris (illustration). © AFP - Ludovic Marin

C'est une séquence politique qui a provoqué un véritable tollé au sein du monde universitaire. Dimanche 14 février, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a estimé que "l'islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et l'université n'est pas imperméable". Elle a ensuite annoncé mardi qu'elle demandait au CNRS de mener une enquête sur l'état des recherches en France, afin de distinguer ce qui relève de la recherche académique de ce qui appartient au militantisme. 

"Une instrumentalisation de la science" selon le CNRS

Mercredi, le CNRS a accepté de participer à cette étude tout en regrettant une "polémique emblématique d'une instrumentalisation de la science". "'L'islamo-gauchisme', slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique", a répondu le CNRS dans un communiqué. Il "condamne" par ailleurs "ceux qui tentent d'en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l'avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

De son côté, Thierry Mandon, ancien secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur sous François Hollande, s'est dit "sidéré" ce mercredi sur franceinfo. "Prétendre confier au CNRS _une mission quasiment de police de la pensée_" est "une aberration" pour lui. "Il y a une orientation de ce gouvernement qui va draguer des secteurs de l'opinion publique dans des endroits assez nauséabonds", a jugé par ailleurs Jean Chambaz, le président de Sorbonne Université, jeudi sur franceinfo. "On se croirait dans l'ancienne Union soviétique", s'est agacé l'universitaire. "On accole deux mots qui font peur pour ne pas définir la réalité d'un process." Il n'appelle cependant pas à la démission de la ministre, car "ça ne règlera rien" selon lui. "Je demande un changement d'orientation et de ton dans le comportement du gouvernement vis-à-vis des universités."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess