Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Environ 800 enseignants manifestent à Caen contre les suppressions de poste en pleine épidémie

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Environ 800 manifestants ont marché jusqu'au rectorat ce mardi matin pour protester contre les suppressions de postes en pleine épidémie de coronavirus. Les syndicats dénoncent une centaine de postes supprimés à la rentrée prochaine sur l'académie de Caen.

Des enseignants surtout, mais aussi quelques dizaines d'étudiants ont défilé jusqu'au rectorat mardi midi.
Des enseignants surtout, mais aussi quelques dizaines d'étudiants ont défilé jusqu'au rectorat mardi midi. © Radio France - Marc Bertrand

Environ 800 professeurs des écoles, et enseignants du second degré ont manifesté ce mardi 26 janvier à Caen, principalement contre les suppressions de postes à la rentrée prochaine. Selon les syndicats, 103 postes seraient supprimés en septembre dans l'académie de Caen, qui regroupe le Calvados, l'Orne et la Manche. Dans le cortège, une centaine d'étudiants se sont mêlés aux syndicats de profs pour réclamer, notamment, de "rouvrir les amphis".

Une centaine de postes supprimés dans l'académie de Caen

Dans le cortège, les suppressions de postes passent mal en pleine épidémie : "On va nous faire des classes à 35 élèves alors qu'on n'en aura sans doute pas fini d'un coup de baguette magique avec l'épidémie à la rentrée", dénonce une professeure de français dans un lycée caennais. 

"On aurait pu avoir des VMC, des salles plus grandes mises à disposition par les mairies ou le département pour faire respecter les distanciations sociale : on n'a rien de tout ça", ajoute un de ses collègues d'un autre lycée Caennais. Des enseignants quinquagénaires s'étonnent également de ne pas être considérés comme un public prioritaire pour la vaccination, eux qui sont au contact quotidien des élèves. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess