Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Épuisés et exaspérés", les chefs d'établissements du secondaire descendent dans la rue à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

À l'appel du syndicat Indépendance et Direction (IDFO), une quarantaine de chefs d'établissements de collèges et de lycées se sont rassemblés vendredi midi devant le rectorat de Montpellier pour faire part de leur souffrance au travail.

Une quarantaine de chefs d'établissements se sont rassemblés devant le rectorat pour faire part de leur souffrance au travail
Une quarantaine de chefs d'établissements se sont rassemblés devant le rectorat pour faire part de leur souffrance au travail © Radio France - Salah Hamdaoui

Il est extrêmement rare de les voir descendre dans la rue pour se plaindre publiquement mais là, ils n'en peuvent plus. À l'appel du syndicat Indépendance et Direction (IDFO), une quarantaine de chefs d'établissements de collèges et de lycées, ainsi que des adjoints, se sont rassemblés vendredi midi devant le rectorat de Montpellier pour faire part de leur souffrance au travail. D'années en années disent-ils, ils se voient confier des charges et des responsabilités de plus en plus lourdes. 

"On est logés sur place. On est présents toute la journée et la nuit quand il y a un internat. On est là le weekend, on est joignables en continu. On est pressés comme des citrons alors on aimerait bien être entendus" 

"Les personnels de direction sont épuisés et exaspérés. Le rythme de travail imposé par les réformes actuelles et le contexte national n'est plus soutenable" peut-on lire dans un tract syndical. "On est inquiet pour la santé de très nombreux collègues. Vous savez que c'est un corps où il y a un nombre important de gens qui sont en burn-out" constate Olivier Briffaut, le secrétaire académique du syndicat en rappelant que ses collègues et lui ont "l'habitude d'être extrêmement loyaux et discrets et de faire le job mais là, il y a un vrai ras le bol".

Les chefs d'établissement demandent des mesures à effet immédiat pour répondre à l'urgence de la situation : du personnel et une hausse des salaires.

"Nous sommes au niveau maximal de l'alerte"- Chantal Tata, principale du collège Boby Lapointe de Roujan.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu