Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Espérance banlieues, l'école de la discorde à Orléans

jeudi 30 août 2018 à 5:45 Par Christophe Dupuy, France Bleu Orléans

Une école de la Fondation Espérance banlieues devrait ouvrir lundi prochain dans la Métropole Orléanaise. Une ouverture qui suscite à nouveau la polémique.

C'est dans les locaux de l'ancienne usine Paindor dans le quartier de la Source à Orléans que l'école doit ouvrir
C'est dans les locaux de l'ancienne usine Paindor dans le quartier de la Source à Orléans que l'école doit ouvrir © Radio France - Christophe Dupuy

Orléans, Loiret, Centre-Val de Loire, France

C’est dans des locaux de l’ex-usine Paindor situés Rue Alsace sur la commune d’Olivet que doit ouvrir l’école. Des locaux privés, loués par la fondation Espérance banlieues. La ville d'Olivet et son maire ex-LR Matthieu Schlesinger, favorables à cette création, ont facilité les démarches administratives mais sans aide financière. Avec cette adresse, la fondation reste dans le quartier de la Source d'Orléans, comme elle le souhaitait. L'an dernier, elle avait tenté en vain de trouver un bâtiment disponible dans ce même quartier, mais sur la commune d'Orléans. L'information révélée à l'époque par France Bleu Orléans avait suscité une levée de bouclier. Les syndicats enseignants avaient dénoncé ce projet, Florent Montillot maire adjoint à l'éducation à la ville d'Orléans avait évoqué une polémique "stérile, insipide et nauséabonde"

Marseillaise, uniforme et méritocratie

Cette année, l'école devrait bel et bien ouvrir lundi prochain pour la rentrée. Une dizaine d'élèves sont, selon la direction, d'ores et déjà inscrits et deux classes vont voir le jour. Une classe de CP et une classe à double niveau CE1/CE2. Chaque école de la fondation Espérance banlieues porte le nom d’un illustre personnage français. Ici se sera les Cours Henri Guillaumet, le célèbre aviateur compagnon d'Antoine de Saint-Exupéry à l'Aéropostale. Comme dans toutes les écoles du réseau, les élèves vont porter un même uniforme, chanter tous les matins la Marseillaise et les plus méritants seront mis en avant. "L'uniforme va montrer la fierté que l'enfant a de son école, ce qui permet aux enfants d'aller au fond de la camaraderie parce qu'ils ne s’arrêteront pas à des à priori vestimentaires" indique Foucauld Gillet, le directeur de l'école, un ancien cadre de chez Bouygues âgé de 31 ans. L'inscription coûte 75 euros par mois et par enfant.

Proche du milieu ultra catholique

Espérance banlieues a été créée en 2012 par Eric Mestrallet entrepreneur et père de famille. Cette fondation parrainée par le journaliste Harry Roselmack a pour but de lutter contre le décrochage scolaire et d’intégrer les enfants issus de l’immigration. Elle a déjà ouvert 11 écoles en France. Les avis sont partagés sur les méthodes d'enseignement qui y sont prodiguées. Certains reprochent à Espérances banlieues d'avoir des liens étroits avec le milieu ultra catholique comme notamment le mouvement "La Manif pour tous". C'est le cas de Michel Ricoud, l’élu municipal communiste de la Ville d'Orléans très présent dans le combat social  au sein du quartier de la Source. L’année dernière déjà, Michel Ricoud était monté au créneau pour s’opposer à la volonté d’Espérance banlieues de s’installer sur Orléans. Cette fois encore il se dit inquiet et regrette "que certains surfent sur les difficultés de l'école publique gratuite en manque de moyens".