Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On est des pions qu'on balade" : à Quimper, les AESH réclament plus de reconnaissance

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Une quarantaine d'accompagnants d'élèves en situation de handicap se sont réunis jeudi matin devant l'Inspection académique du Finistère. Ils dénoncent la précarité de leur métier, et réclament un meilleur statut.

Les AESH se sont rassemblés devant l'inspection académique du Finistère.
Les AESH se sont rassemblés devant l'inspection académique du Finistère. © Radio France - Ninnog Louis

"Je fais ce métier depuis dix ans, et je touche à peine 1.000 euros par mois. Il y a des fins de mois où j'ai le couteau sous la gorge !" Thomas est AESH (accompagnant d'élèves en situation de handicap) à Quimper. Il est venu manifester devant l'Inspection académique du Finistère, ce jeudi 8 avril, avec une cinquantaine de collègues. Un mouvement national, auquel se sont joints à Quimper des enseignants. 

Un manque de formation

Ils demandent une hausse de salaires, un meilleur statut et plus de reconnaissance pour les 110.000 accompagnants de France. "Nous aussi on voudrait des primes, de quoi s'équiper en matériel informatique pour suivre nos élèves", s'agace Agnès, AESH depuis dix ans. 

"Si on veut se former, on doit le faire nous-mêmes", dénonce aussi Jérôme Le Sellin, délégué syndical Sud. "On a des enfants avec des troubles autistiques, d'autres dyspraxiques, la prise en charge n'est pas la même !"

C'est du saupoudrage. On dit "toi tu vas là, toi tu vas là", toujours à la dernière minute" Thomas, AESH.

Vers une mutualisation

Ce qui inquiète particulièrement Valérie, c'est la généralisation annoncée de la mutualisation des AESH à la rentrée prochaine. "Les enfants seront suivis quelques heures, par ci par là par plusieurs accompagnants. Ils ont besoin de repères, de créer un lien avec leur accompagnant. Un enfant avec des troubles autistiques, suivi par trois AESH différents ce n'est pas possible !" 

Une délégation de manifestants a été reçue par l'Inspection, sans que de nouvelles mesures soient annoncées. 

Les AESH voudraient, notamment, des salaires plus élevés.
Les AESH voudraient, notamment, des salaires plus élevés. © Radio France - Ninnog Louis
Choix de la station

À venir dansDanssecondess