Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"On est les dindons de la farce" de l'école à la maison : la colère de la présidente de la FCPE de Moselle

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

C'est les vacances, ce vendredi soir, après une semaine d'école à la maison marquée par des bugs, des couacs et des dysfonctionnements. La présidente de la FCPE de la Moselle, Christelle Carron, fustige un dispositif "pas au point".

Un élève tente d'accéder au site du CNED (illustration)
Un élève tente d'accéder au site du CNED (illustration) © Maxppp - Jean-François FREY

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, avait dit : "Nous sommes prêts". La présidente de la FCPE de la Moselle, Christelle Carron, invitée de France Bleu Lorraine ce vendredi, n'y va pas par quatre chemins pour tirer son propre bilan : "Moi, j'ai envie de dire au ministre que c'est un bonimenteur, parce que rien n'était prêt. Depuis mardi, les enfants et les familles nous contactent pour nous dire que les plateformes d'enseignement à distance ne marchent pas." 

Le bilan pour nous est très mauvais"

Elle égrène : "Impossible de se connecter mardi, mercredi, c'était en pointillé. On avait espoir que jeudi matin, ça aille mieux, et il y a encore beaucoup d'élèves qui sont restés à la porte de "Mon bureau numérique" ou des classes connectées. Le bilan pour nous est très mauvais". Et elle pointe aussi du doigt les collectivités :  "J'ai envoyé trois mails à la Région depuis mardi, tous les jours, avec une capture d'écran de mon bureau numérique qui était saturé, en leur demandant qui, qui allait être fait, je n'ai eu aucun retour". La maman d'élèves est inquiète, les collégiens et les lycéens ont une semaine supplémentaire de cours à distance après les vacances.

Depuis un an, on réclame des moyens pour que nos enfants puissent continuer à rester dans les écoles."

"Plus qu'abandonnés, on se sent les dindons de la farce," insiste-t-elle. "Parce que depuis un an, on réclame des moyens pour que nos enfants puissent continuer à rester dans les écoles. Et en fait, rien n'a été fait et la seule alternative qu'on nous propose pour faire face à cette pandémie, c'est de faire cours à distance, alors que ça ne marche pas bien, ça ne marche pas du tout parce que ce n'est pas au point."

Encore hier soir, à 23h30, j'avais un refus de rentrer sur Mon bureau numérique"

Christelle Carron raconte que certains élèves ont été notés automatiquement absents par leurs établissements parce qu'ils n'arrivaient pas à se connecter, que certains parents lui ont confié qu'ils avaient lâché l'affaire parce qu'ils étaient submergés, et elle décrit son propre quotidien de maman : "On prépare le soir pour anticiper le lendemain, on fait les photocopies nécessaires, on enregistre les documents nécessaire... et encore hier soir, à 23h30, j'avais un refus de rentrer sur Mon bureau numérique. C'est très, très compliqué."

Heureusement qu'il y a des professeurs engagés"

D'autant plus que pour deux nombreux parents, il y a "une angoisse qui est installée depuis déjà de nombreux mois sur le retard que les enfants ont pris l'an dernier pendant le premier confinement." C'est donc, pour elle, très dur de voir "le ministre dire que tout va bien". Mais Christelle Carron veut tout de même rendre hommage aux enseignants qui "ont fait preuve d'imagination, sont sortis des sentiers battus, des outils que leur proposait l'Education nationale pour créer leurs propres outils. On a de beaux exemples et heureusement qu'il y a des professeurs qui sont engagés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess