Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Et si vous changiez de métier ?

-
Par , France Bleu Bourgogne
Côte-d'Or, France

L'AFPA de Chevigny-Saint-Sauveur organisait une journée portes ouvertes ce jeudi 8 juin, pour recevoir les côte-doriens qui veulent changer de métier. En Côte-d'Or, l'AFPA a formé 2 100 personne l'an dernier.

Formation
Formation © Maxppp - Sebastien JARRY

En terme de vie et de carrière, Nicolas a fait le grand écart : "après le bac, je suis parti en fac d'histoire, puis je me suis engagé dans l'armée de terre. Aujourd'hui, après onze ans dans l'armée, je me reconverti pour devenir négociateur technico-commercial."

Plusieurs vies dans une vie

Dans le hall de l'AFPA de Chevigny-Saint-Sauveur, l'organisme qui accompagne les candidats à la reconversion, le trentenaire accueille les arrivants avec un franc sourire. Il détaille volontiers son parcours, son évolution dans l'armée, puis sa volonté de changer de vie pour être plus proche des siens. "Même si j'ai adoré l'armée, ce n'est pas un rythme de vie facile, explique-t-il, surtout quand il y a des enfants." Il commence son projet de reconversion grâce aux dispositifs prévus au sein de l'armée, avant d'arriver à Dijon et à l'AFPA.

Stéphane, lui aussi, a connu plusieurs vies. De technicien dans une entreprise qui fabrique des jetons de casino, il s'oriente désormais vers le commercial. "Passer trente ans dans la même entreprise, ce n'est plus la norme, assure-t-il. Il faut accepter que désormais les gens connaîtront plusieurs vies professionnelles, qu'il faudra se former et découvrir d'autres métiers."

Retour à l'emploi

Les deux hommes ne regrettent pas d'avoir, un jour, poussé la porte de l'AFPA. Connaîtront-ils encore d'autres bouleversement de carrière ? Aucun des deux ne prétend savoir de quoi les lendemains seront fait, mais maintenant qu'ils ont goûté une première fois à la reconversion, les prochaines fois, s'il y en a, feront moins peur. "Pourquoi pas devenir formateur à mon tour, sourit Nicolas. J'aime former et encadrer !"

"Il y a beaucoup d'inquiétudes au début, confirme Sébastien Kencker, leur formateur. Moi même, j'en suis à mon troisième métier, alors je connais bien ça. On se sent fragilisé, on se demande si on sera à la hauteur, si on parviendra à faire aboutir le projet." En une année, Sébastien Kencker a accompagné quatre groupes de "stagiaires", selon la dénomination de l'AFPA. "Tous sont arrivé au bout de la formation et tous ont un emploi pérenne aujourd'hui", assure le formateur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu