Éducation

Étude Pisa : l'origine sociale a beaucoup trop d'influence sur les résultats scolaires en France

Par Marina Cabiten, France Bleu mardi 6 décembre 2016 à 11:40

Les Français restent dans la moyenne du classement Pisa de l'OCDE en 2015 - illustration
Les Français restent dans la moyenne du classement Pisa de l'OCDE en 2015 - illustration © Maxppp - FRANCOIS DESTOC

Les élèves français affichent des performances dans la moyenne de leurs pairs des pays de l'OCDE selon l'étude Pisa publiée ce mardi. Mais une fois encore, la France se distingue par le poids de l'origine sociale sur les résultats de ses enfants.

Sciences, mathématiques et compréhension de l'écrit, les Français âgés de 15 ans sont une nouvelle fois dans la moyenne du classement Pisa, qui mesure tous les trois ans le niveau des élèves dans les pays de l'OCDE (l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques). Mais dans l'édition 2015 publiée ce mardi, la France est très mauvaise élève quant à la corrélation entre les résultats des enfants et leur origine sociale.

L'Asie toujours brillante

Singapour caracole en tête de l'enquête. Plusieurs pays asiatiques figurent parmi les meilleurs élèves en sciences, sujet le plus développé dans cette édition, mais aussi en lecture et en mathématiques.

Les quelque 6.000 jeunes Français testés au printemps 2015 affichent en moyenne un score de 495 points en sciences, dans la moyenne de l'OCDE (493) et équivalent à celui de l'Autriche, les Etats-Unis et la Suède. Mais comme Pisa ne cesse de le souligner depuis sa première édition en 2000, la France compte parmi les pays où le milieu social, économique et culturel d'un élève influe le plus sur ses performances scolaires.

Trop de bons élèves issus d'un milieu favorisé

En plus des tests de compétences, Pisa demande aux élèves de remplir un questionnaire dit "de contexte", pour connaître leur milieu d'origine et leurs sentiments vis-à-vis de l'école. À partir de ces informations, les chercheurs ont conçu un indice de statut économique, social et culturel. Or une hausse d'un point de cet indice s'accompagne d'une hausse de 57 points des performances en mathématiques d'un élève français (contre seulement 38 points en moyenne dans l'OCDE), le chiffre le plus élevé des 72 pays ou économies participant à cette enquête 2015. Seule consolation, l'écart ne s'est pas creusé depuis 2006... Mais ne s'est pas réduit non plus.

Près de 40% des élèves en France issus d'un milieu défavorisé sont en difficulté, selon les tests de performance Pisa, contre 34% seulement pour la moyenne OCDE. Et seulement 2% des élèves d'un milieu défavorisé se classent parmi les élèves les plus performants (contre 3% en moyenne OCDE). La France fait donc office de très mauvais élève.

Toujours pour les sciences, la France est l'un des pays où les filles disent apprécier le moins l'apprentissage de ces disciplines. Les jeunes Français font en revanche moins l'école buissonnière que la moyenne OCDE des élèves, selon leurs déclarations.