Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Faut-il fermer les écoles ? "On est au pied mur et on n'a plus la force de l'enjamber"

-
Par , France Bleu Nord

Faut-il fermer les écoles, et passer à l'enseignement à distance ? C'est l'une des grandes questions, avant un nouveau conseil de défense ce mercredi. Face à la nouvelle organisation mise en place lundi, certains enseignants et chefs d'établissements répondent par l'affirmative.

Depuis le nouveau protocole sanitaire mis en place dans les établissements scolaires des Hauts-de-France, l'organisation est devenue "un enfer" selon certains syndicats.
Depuis le nouveau protocole sanitaire mis en place dans les établissements scolaires des Hauts-de-France, l'organisation est devenue "un enfer" selon certains syndicats. © Radio France - Cécile Bidault

Après un nouveau conseil de défense ce mercredi, le gouvernement va-t-il prendre de nouvelles mesures ? De plus en plus de voix, notamment parmi les médecins, s'élèvent pour demander la fermeture des établissements scolaires dès maintenant, pour faire la jonction avec les vacances scolaires, qui débutent le 24 avril dans les Hauts-de-France.

Depuis lundi, une classe ferme dès qu'il y a un cas de Covid-19 parmi les élèves dans les départements en confinement, comme le Nord et le Pas-de-Calais. Et les contaminations se multiplient, ce qui désorganise les écoles, les collèges et les lycées selon les syndicats. Dans l'Académie de Lille, 11 établissements scolaires, tous niveaux confondus, sont totalement fermés actuellement.

On a besoin de clarification

"On a besoin de clarification", estime Nicolas Penin, secrétaire régional de l'UNSA Education dans les Hauts-de-France, "je pense qu'il faut agir vite, et peut-être fort, à la vue des informations que nous donnent les médecins. Aujourd'hui, on est au pied du mur, et on n'a plus la force de l'enjamber. Si l'organisation est trop dégradée, il vaudrait peut-être mieux fermer, et organiser un enseignement à distance de qualité".

Peut-être faut-il accepter un léger bémol dans la doctrine

Mêmes interrogations pour Florence Delannoy, proviseure du lycée Montebello de Lille, secrétaire générale adjointe du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN) : "avec le nouveau protocole, les professeurs sont obligés d'assurer : de l'enseignement en présentiel, de l'enseignement hybride, et maintenant en plus à distance pour les classes qui ferment temporairement. Ca devient l'enfer à gérer".

Pour elle, la fermeture n'est plus inenvisageable : "si la situation sanitaire se dégrade, peut-être faut-il accepter un léger bémol dans la doctrine. On peut envisager un enseignement complètement à distance. Les choses auraient le mérite d'être claires, et de concentrer les énergies".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess