Éducation

Faute de piscines, un enfant sur deux ne sait pas nager en 6e en Seine-Saint-Denis

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris jeudi 14 avril 2016 à 19:34

Illustration
Illustration © Maxppp - Simon Daval

Si Paris organise les JO de 2024, la piscine olympique sera construire en Seine-Saint-Denis. Mais dans ce département 1 enfant sur 2 qui entre en 6e ne sait pas nager souvent faute d'équipements. Pour alerter, des clubs et des professeurs d'EPS du département lancent une charte "tous nageurs".

Il n'y a pas assez de piscines en Seine-Saint-Denis. Dans le département on compte 35 piscines pour plus d'1 million et demi d'habitants. Pourtant c'est bien dans ce même département que sera construite la piscine olympique si la candidature de Paris l'emporte pour les JOP (Jeux olympiques et paralympiques) d'été 2024. "Il serait dommage qu'on ait un département de la Seine-Saint-Denis qui accueille les principaux sites aquatiques des JOP 2024 et que dans le même temps, on reste un département discriminé où un enfant sur deux entré en 6e ne sait pas nager" s'inquiète Clément Rémond, le co président de la FSGT, la Fédération sportive et gymnique au travail du 93.

Avec le SNEP FSU, le syndicat de professeurs d'éducation physique et sportive, il a initié la rédaction de cette charte qui formule 13 propositions pour que les habitants du départements soient "tous nageurs - nageuses en Seine-Saint-Denis". Les deux organisations réunissaient des professionnels du secteur ce jeudi au conseil départemental à Bobigny avec l'objectif de lutter contre une inégalité :

"Il y a 35 piscines en Seine-Saint-Denis pour 1,6 million d'habitants" constate Hugo Pontais, secrétaire du syndicat SNEP FSU.

Hugo Portais du SNEP FSU

"On a envie que les élèves, les enfants et les familles de Seine-Saint-Denis ne soient pas mises sur la touche" ajoute Hugo Pontais. Le conseil départemental a déjà lancé un plan piscine qui prévoit la construction de 6 à 8 piscines d'ici 2021 pour un investissement de 60 à 100 millions d'euros. Pour accompagner ce plan piscine, Hugo Pontais veut aussi associer l'Etat et la région. Il espère que de nombreux acteurs politiques locaux et nationaux vont adhérer à la charte.

Le 93 manque de piscines Rémi Brancato