Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et fermeture des écoles : "la situation n'était plus tenable" en Savoie et Haute-Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les représentants du SNUIPP en Savoie et Haute-Savoie, premier syndicat du primaire, ont salué ce jeudi matin les annonces de l'exécutif sur la fermeture des écoles. Mais ils regrettent une décision qui arrive "trop tard" et déplorent toujours le manque de moyens.

Une école durant la crise sanitaire (photo d'illustration)
Une école durant la crise sanitaire (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Face à l'explosion des cas de Covid-19 dans les établissements scolaires, le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi leur fermeture pendant trois à quatre semaines.  Les crèches, écoles, collèges et lycées seront fermés dès vendredi soir et les vacances scolaires de printemps unifiées sur tout le territoire à partir du 12 avril pour freiner l'épidémie de Covid-19.

"C'est plutôt une bonne idée de s'appuyer sur les vacances scolaires pour fermer les écoles de façon à ne pas trop perdre de temps de classe, c'est une mesure en soi qui va dans le bon sens, mais est-ce qu'elle sera suffisante ? C'est moins sûr", a commenté ce jeudi matin sur France Bleu Pays de Savoie Philippe Domergue, représentant du syndicat enseignant SNUIPP en Haute-Savoie, lui-même directeur d'une école primaire à Thonon-les-Bains dans le premier degré.

Problème de remplacements à la rentrée ?

"Le principal souci que l'on rencontre en ce moment dans les établissements scolaires, c'est le manque de remplaçants, ça fait depuis septembre qu'on alerte là-dessus et qu'on demande que des personnes soient recrutées sur liste complémentaire du concours pour avoir des titulaires qui viennent faire des remplacements".

"En Haute-Savoie, on a eu des pics de 80 classes non-remplacées et pour ça, on a eu le recrutement de seulement 29 vacataires ! Le problème des vacataires, c'est qu'ils sont recrutés deux ou trois mois, donc là, on a 20 vacataires que l'on va perdre le 31 mai", a-t-il ajouté. "Qu'il n'y ait pas de solution sur le remplacement, ça va nous poser problème dès la rentrée le 26 avril)".

"Depuis une dizaine de jours ça craque complètement, ce n'était plus tenable"

"Le contexte de flambée épidémique actuelle conjugué, pour nous, à l'inaction et au déni du ministre de l'éducation nationale, ont participé à ce qu'une telle annonce soit faite", a estimé de son côté Sarah Hamoudi-Wilkowski la présidente du SNUIPP en Savoie. "La fermeture des écoles est devenue à ce stade une nécessité sanitaire, en ce moment, on a certaines classes, où sur un effectif de 25-26 élèves, il n'y avait que 5 ou 6 élèves en classe la semaine dernière par exemple, car tous les autres étaient cas contacts d'un camarade positif".

Des inquiétudes sur la vaccination

"Au niveau des vaccins on est très inquiets, on nous dit que les personnels de l'Education nationale sont prioritaires pour être vaccinés, que les vaccins sont en pleine efficacité deux semaines après la vaccination, mais on n'a pas commencé à vacciner dans l'Education nation, il y a un million de personnels, je ne vois pas comment on va être prêts pour que nos vaccins soient efficaces même en mai", s'est aussi interrogé Philippe Domergue.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess