Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Fontanil-Cornillon : journée "sécurité routière" au lycée Françoise Dolto

-
Par , France Bleu Isère

La préfecture de l'Isère fait la guerre aux mauvais comportements sur la route. Après un début d'année 2019 meurtrier dans notre département avec 30 tués et 250 blessés. Une guerre qui passe aussi par la formation. Reportage auprès des jeunes du lycée Françoise Dolto, au Fontanil-Cornillon.

Une journée entière était consacrée ce jeudi à la sécurité routière au lycée professionnel Françoise Dolto du Fontanil-Cornillon (Isère)
Une journée entière était consacrée ce jeudi à la sécurité routière au lycée professionnel Françoise Dolto du Fontanil-Cornillon (Isère) © Radio France - Nicolas Joly

Fontanil-Cornillon, France

Les chiffres de la sécurité routière ne sont pas bons en Isère. Au 30 avril on compte déjà 30 décès sur les routes et 250 blessés. C'est 36% de morts en plus que l'année dernière à la même date. La préfecture veut enrayer le problème en renforçant les contrôles et en mettant l'accent sur la prévention, notamment chez les jeunes. Ce jeudi, les élèves du lycée professionnel Françoise Dolto au Fontanil-Cornillon avaient rendez-vous pour une journée de formation à la sécurité routière.

Exercices immersifs

Pas facile de terminer le parcours d'obstacle une fois les lunettes, qui simulent les sensations d'ivresse, sur le nez - Radio France
Pas facile de terminer le parcours d'obstacle une fois les lunettes, qui simulent les sensations d'ivresse, sur le nez © Radio France - Nicolas Joly

Olivia peine à traverser le parcours placé devant elle. "Il faut passer des cordes et des plots, puis lancer une balle dans une corbeille", avance-t-elle. Un jeu d'enfant ? Pas vraiment.  Elle vacille, trébuche, titube. Elle n'est pas ivre mais c'est tout comme. À cause des lunettes placées sur son visage, c'est comme si elle avait bu sept verres. "Ça fait voir double, c'est tout flou", constate la jeune fille, "ça fait mal à la tête. On comprend qu'il ne faut pas boire. Ou pas trop."

Les futurs conducteurs freinent à l'aide d'une pédale reliée à leur écran, afin d'éviter la collision - Radio France
Les futurs conducteurs freinent à l'aide d'une pédale reliée à leur écran, afin d'éviter la collision © Radio France - Nicolas Joly

Autre test : les réflexes au volant. Lisa observe un écran sur lequel on voit une route défiler. Pédale sous le pied, elle doit freiner lorsqu'un sanglier surgit sur la route. Elle ne parvient pas à l'éviter car la voiture va trop vite et que la visibilité est mauvaise. "Je me le suis pris de plein fouet", s'amuse-t-elle. L'expérience est divertissante, mais le but est bien de sensibiliser ces jeunes futurs conducteurs. Même si elle ne pourra passer le permis que dans deux ans, Lisa se sent concernée par le risque routier : "je regarde la route quand mes parents conduisent. Si je vois un danger, je les préviens."

Sensibiliser les plus jeunes

Lionel Beffre, le préfet de l'Isère, a participé aux exercices pour évaluer ses réflexes de conducteur - Radio France
Lionel Beffre, le préfet de l'Isère, a participé aux exercices pour évaluer ses réflexes de conducteur © Radio France - Nicolas Joly

Le préfet de l'Isère Lionel Beffre est venu assister aux ateliers. En véritable professeur, il donne les réponses au quizz sur les risques au volant. des questions choc pour faire réagir les jeunes : "Combien y a-t-il de morts chaque année sur les routes ? Une, deux ou trois fois le lycée Dolto ?". Réponse : trois, soit 860 personnes chaque année environ. Le préfet l'affirme, c'est important de sensibiliser les futurs conducteurs : "les jeunes sont très souvent soumis aux accidents. Il faut éveiller leurs consciences dès le début et que la responsabilisation s'opère."

Choix de la station

France Bleu