Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Forte mobilisation à Châteauroux contre la carte scolaire

jeudi 8 février 2018 à 14:37 Par Jonathan Landais et Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry

250 à 300 personnes ont défilé dans les rues de Châteauroux ce jeudi matin contre le projet de carte scolaire pour la rentrée 2018.

Pierre, jeune manifestant, scolarisé à l'école Paul Bert d'Argenton-sur-Creuse.
Pierre, jeune manifestant, scolarisé à l'école Paul Bert d'Argenton-sur-Creuse. © Radio France - Jonathan Landais

Châteauroux

"Touche pas à ma maîtresse", c'était l'un des slogans affichés sur les pancartes. Quelques 300 personnes, élus, parents d'élèves et enseignants, sont descendues dans les rues de Châteauroux ce jeudi matin vers 10h à l'appel des syndicats SNUIPP-FSU et CGT éduc'action contre le projet de carte scolaire dans l'Indre à la rentrée prochaine. 

Dans le premier degré (maternelle et primaire), ce projet de carte scolaire prévoit - rappelons-le - 28 fermetures de classes dans l'Indre, notamment dans des RPI, regroupements pédagogiques intercommunaux. Les manifestants entendaient défendre leurs écoles, et au delà, une autre vision de l'enseignement en monde rural. 

Ce n'est pas uniquement l'école que l'on défend" 

"On défend l'attractivité de notre territoire"

"Si on continue une politique qui vise à supprimer des classes, il y aura de moins en moins d'attractivité (...) ce n'est pas uniquement l'école que l'on défend, c'est aussi la cantine, les produits frais, c'est aussi la vie d'un village, le jour où il n'y aura plus d'école, il n'y aura plus de tout ça", explique l'un des manifestants. 

Après la manifestation, une délégation de cinq personnes a été reçue par l'Inspecteur d'académie, notamment Jean-Louis Camus le maire de Mézières-en-Brenne ainsi que trois représentants de parents d'élèves de RPI. De nouvellles mobilisations de parents d'élèves sont prévues ce vendredi 9 février dans l'Indre, comme à Mézières, au Blanc et à Saint-Benoît-du-Sault.