Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fusion des universités Saint-Etienne-Lyon : le vote stéphanois qui peut tout faire basculer ce vendredi

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

On saura ce vendredi après-midi si le Conseil d'administration de l'Université Jean Monnet accepte de fusionner avec les universités lyonnaises Lyon 1 et Lyon 3 mais aussi l'Ecole Normale Supérieure.

L'université Jean Monnet de SAint-Etienne bientôt associée à celles de Lyon ?
L'université Jean Monnet de SAint-Etienne bientôt associée à celles de Lyon ? © Maxppp - Rémy Perrin

Le vote des 34 administrateurs stéphanois débutera à 14h avec au préalable des prises de parole. Un vote crucial car si une des quatre entités venaient à s'opposer à cette fusion, elle serait abandonnée et c'en serait terminé des espoirs d'obtenir pour ce géant universitaire le statut d'Idex qui permet de peser plus lourd internationnalement.

Le scrutin sera sans doute très serré à Saint-Etienne même si d'autres instances représentatives ont déjà donné des avis consultatifs clairs comme le Conseil Académique qui a largement rejeté la semaine dernière ce projet de fusion. Pourtant c'est bien entre les mains des 34 administrateurs que se trouve l'avenir de l'université stéphanoise. 

  • 8 représentants des professeurs 
  • 8 autres des maitres de conférence 
  • 6 administrateurs chargés de porter la voix des étudiants 
  • 4 pour celles des personnels administratifs 
  • 3 voix pour les collectivités, c'est à dire la région, le département et la métropole 
  • 2 représentants du monde économique en l’occurrence les patrons de Keranova et Sigvaris 
  • 1 voix pour le CNRS, un autre pour un représentant syndical de la CGC et une dernière pour une proviseure du roannais qui représente l'enseignement secondaire.

Si la fac stéphanoise valide la fusion, il restera ensuite à Lyon 1 et Lyon 3 à procéder à ce même vote, pas avant le mois de décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess