Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Genech : des lycéens s'entrainent au grand oral du bac, la rectrice promet "bienveillance et exigence"

-
Par , France Bleu Nord

La rectrice de l'Académie de Lille promet que les jurys du grand oral seront "bienveillants mais exigeants". Valérie Cabuil a assisté ce jeudi à un entrainement à cette nouvelle épreuve du baccalauréat, au lycée Charlotte Perriand de Genech, dans le Nord.

Mathis, élève de terminale expose son sujet sur la transition énergétique. Le grand oral dure 20 minutes.
Mathis, élève de terminale expose son sujet sur la transition énergétique. Le grand oral dure 20 minutes. © Radio France - Cécile Bidault

Il reste un peu plus de trois semaines aux lycéens de terminale pour s'entrainer au grand oral du baccalauréat. Cette nouvelle épreuve commence le 21 juin, les élèves passeront individuellement jusqu'au 2 juillet.

Avec la philosophie, c'est la seule épreuve maintenue en cette fin d'année malgré la crise sanitaire. Certains élèves craignent d'ailleurs de ne pas être assez préparés.

Une première pour le grand oral

En visite au lycée Charlotte Perriand de Genech, dans la Pévèle, ce jeudi, la rectrice de l'Académie de Lille, Valérie Cabuil, a promis que les jurys seraient "exigeants, car c'est un moment important, mais très bienveillants. D'abord parce que c'est la première fois, et en plus parce que les circonstances ont été particulières".

Dans la salle de travaux pratiques, la rectrice s'est donc improvisée jury, face à quelques lycéens. Mathis a choisi le sujet de la transition énergétique. Cinq minutes de présentation sur l'un des deux sujets qu'il a préparés, puis dix de questions, et enfin un échange autour du projet professionnel du futur bachelier. "C'est pas mal, mais ce n'est pas parfait", lui lance-t-elle, alors que l'élève, très à l'aise, a séché sur la question de l'électrolyse de l'eau.

ECOUTEZ : reportage sur la grand oral au lycée Charlotte Perriand

Avec le Covid, c'était compliqué de s'entrainer

Albane, en spécialité physique-chimie, a choisi un sujet autour de l'acidification des océans. Le jury lui fait remarquer qu'elle doit parler moins vite, et respirer. "C'est stressant parce que c'est tout nouveau", admet la lycéenne, "avec le Covid, c'était compliqué de s'entrainer, mais les profs ont fait de leur mieux. Ce n'est peut-être pas assez, mais c'est déjà ça".

Devant le jury et ses camarades de classe, Albane expose son sujet sur l'acidification des océans.
Devant le jury et ses camarades de classe, Albane expose son sujet sur l'acidification des océans. © Radio France - Cécile Bidault

ECOUTEZ : entrainement au grand oral pour Albane

Le grand oral doit être pérennisé

Dans ce lycée, les entrainements ont commencé par vidéo, à distance, mais Ludovic Kosior, professeur de sciences physiques, a confiance en ses élèves, même les plus timides : "depuis la seconde, ils sont amenés à faire des compte-rendu à l'oral. Il y a des petits bouts de grand oral qui les préparent à ça. J'étais assez sceptique quand l'épreuve a été présentée au mois de septembre, et sincèrement, je pense qu'il doit être pérennisé. Ca nous permet de travailler des compétences qu'on ne travaillait peut-être pas suffisamment les années précédentes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess