Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grand oral du bac : "Il y aura de la bienveillance" promet le directeur académique de la Drôme

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Pascal Clément, directeur académique de la Drôme, a rencontré ce mardi 25 mai des élèves en terminale du lycée Camille Vernet à Valence. Ils ont échangé sur le grand oral du bac qui se déroule pour la première fois en France.

Le directeur académique de la Drôme, Pascal Clément, a rencontré des élèves en terminale du lycée Camille Vernet à Valence.
Le directeur académique de la Drôme, Pascal Clément, a rencontré des élèves en terminale du lycée Camille Vernet à Valence. © Radio France - Willy Moreau

Dans un peu moins d'un mois, les élèves en terminale vont s'attaquer pour la première fois en France à l'épreuve du grand oral. Elle se déroulera entre le 21 juin et le 2 juillet et va concerner près de 6.400 élèves en Drôme et en Ardèche. Après une année de préparation difficile en pleine crise sanitaire, le directeur académique de la Drôme, Pascal Clément, promet qu'il "y aura de la bienveillance" dans l'évaluation des élèves.

Une notation au rabais ?

Ce mardi 25 mai, Pascal Clément s'est rendu au lycée Camille Vernet à Valence pour rencontrer des élèves en terminale ainsi que leurs professeurs afin d'échanger sur les modalités du grand oral. En substance, la question du manque de préparation revient. "Ça demande beaucoup de temps, c'est vraiment une grosse organisation", dit Léo. "Tant qu'on n'aura pas fait un oral blanc, on ne pourra pas se préparer", rajoute Tanguy.

L'appréhension est particulièrement vive chez Coline : "Je ne suis pas très à l'aise à l'oral. Je préfère passer cinq heures à l'écrit que vingt minutes à l'oral". Assis à côté d'eux, face au directeur académique, des professeurs ont également partagé leurs difficultés à préparer l'épreuve. Isabelle Radix, professeure de physique-chimie, en premier lieu : "Le programme est très dense et avant les épreuves écrites en mars, nous ne pouvions pas vraiment préparer le grand oral"

Le lycée Camille Vernet a pu accueillir les élèves en présentiel quasiment tout au long de cette année scolaire, ce qui n'est pas le cas dans d'autres établissements. Pascal Clément s'est dit conscient que la préparation n'a pas été la plus simple : "Évidemment il y aura de la bienveillance. Il y aura toujours de l'exigence car il faut un diplôme de qualité mais c'est normal aussi qu'il y ait de la bienveillance"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess