Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Grandes écoles à Orléans : l'ESTP ne s'installera pas dans l'ancien collège Anatole Bailly

-
Par , France Bleu Orléans

La venue à Orléans de l'Ecole spéciale des travaux publics (ESTP) est différée d'au moins un an, et elle ne se fera pas sur le site de l'ancien collège Anatole Bailly. Cette grande école souhaite finalement s'implanter sur le futur campus Porte-Madeleine.

L'affiche trône encore sur le bâtiment, mais l'ESTP ne rejoindra pas finalement l'ISC au sein de l'ancien collège Anatole Bailly à Orléans
L'affiche trône encore sur le bâtiment, mais l'ESTP ne rejoindra pas finalement l'ISC au sein de l'ancien collège Anatole Bailly à Orléans © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

Rebondissement dans le dossier de l'arrivée de grandes écoles à Orléans : l'école spéciale de travaux publics (ESTP) ne s'installera pas dans l'ancien collège Anatole Bailly, comme c'était prévu initialement. L'ESTP devait y cohabiter à partir de l'an prochain avec l'Institut supérieur de commerce (ISC) qui, lui, fera sa rentrée dès vendredi. Mais cette grande école qui forme les ingénieurs en travaux publics estime que le site Anatole Bailly ne correspond pas, finalement, à ses besoins.

L'ESTP à Madeleine, mais pas avant 2021

Ce revirement est lié à un problème d'espace : "L'ESTP a besoin à la fois de bâtiments pour l'enseignement théorique et de laboratoires avec de grosses machines pour l'apprentissage pratique, explique Béatrice Barruel, l'élue en charge du développement des campus universitaires à Orléans. Quand nous avons commencé à travailler de manière un peu plus approfondie avec l'ESTP, nous nous sommes aperçus que le site Anatole Bailly était trop étroit ; nous leur avons proposé d'installer les laboratoires sur le campus de la Source, mais leur souhait est de disposer d'un site unique, et au cœur du centre-ville d'Orléans."

Pour autant, cela ne remet pas en cause la décision de l'ESTP, qui a déjà des antennes à Paris, Troyes et Dijon, de s'implanter à Orléans. "Ce n'est nullement remis en cause, insiste Béatrice Barruel, la décision a été prise en conseil d'administration, et comme pour l'ISC, nous allons faire en sorte de leur proposer un site qui corresponde mieux à leurs besoins." Selon la direction de l'ESTP, ce site devrait être le futur campus du centre-ville Porte Madeleine : si l'emménagement de la faculté de droit n'est prévu qu'en 2024, de premiers bâtiments doivent être livrés en 2021. Cela repousse donc au moins d'un an l'arrivée de cette grande école à Orléans.

Première rentrée à l'ISC dès vendredi

En revanche, l'Institut supérieur de commerce accueillera bien ses premiers élèves vendredi dans l'ancien collège Anatole Bailly. Pour cette rentrée 2019, l'ISC Orléans a reçu pas moins de 400 dossiers de candidatures, preuve qu'il y avait un réel besoin local, souligne Pierre Barreaud, le directeur de l'école : "Ça montre qu'il y a une vraie appétence du territoire. Une des premières étapes de notre installation, cela a été d'aller à la rencontre des entreprises locales. Non seulement, on a perçu une vraie attente vis-à-vis d'une école de commerce, mais on a compris que ce besoin était à la fois pressant et pressé." C'est pourquoi l'ISC a décidé de retenir, dès cette année, et en plus des 25 bacheliers en 1ère année, 25 bac + 2 qui feront la 3ème année en alternance. 

L'agora, l'un des espaces aménagés pour l'ISC dans l'ancien collège Anatole Bailly - Radio France
L'agora, l'un des espaces aménagés pour l'ISC dans l'ancien collège Anatole Bailly © Radio France - Patricia Pourrez

Le profil de ces premiers étudiants est d'ailleurs très orléanais, "avec 85% d'Orléans métropole pur, détaille Pierre Barreaud, et quelques-uns de Tours." Mais à terme, le recrutement sera national, voire international, puisque d'ici 8 ans, l'ISC Orléans espère accueillir 700 étudiants par an, du Bachelor au Master avec aussi de la  formation continue. Rappelons que la métropole d'Orléans a dépensé 16 millions d'euros pour la réhabilitation de l'ancien collège Anatole Bailly.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu