Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Grève contre la réforme au lycée Tocqueville de Cherbourg-en-Cotentin

lundi 7 janvier 2019 à 17:19 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin

Les enseignants du lycée Alexis de Tocqueville étaient en grève ce lundi après-midi pour dénoncer le flou dans lequel ils demeurent concernant la future réforme du lycée.

Les enseignants du lycée Tocqueville de Cherbourg dans le flou concernant la réforme du lycée.
Les enseignants du lycée Tocqueville de Cherbourg dans le flou concernant la réforme du lycée. © Radio France - Benoît Martin

Les professeurs du lycée général et professionnel Alexis de Tocqueville à Cherbourg-en-Cotentin ont cessé les cours ce lundi après-midi pour aller à la rencontre de l'Inspecteur doyen de l'Education nationale. L'inspecteur était venu sensibiliser les professeurs principaux des classes de seconde à la réforme du lycée qui met un terme aux séries et oblige désormais les élèves à choisir une série de "spécialités" avant d'entrer en classe de première. 

Impossible de conseiller les élèves

Les enseignants dénoncent un manque d'information sur la déclinaison de la réforme dans les établissements. Selon eux, s'ils connaissent les intitulés des spécialités qui seront proposées aux élèves, ils n'ont pas d'informations concernant le programme de ces différentes disciplines. "Nous ne sommes pas en mesure de conseiller de façon pertinente nos élèves qui doivent faire leurs choix", regrette un professeur. 

Y aura-t-il les moyens pour garantir les spécialités annoncées?

Par ailleurs, les enseignants grévistes estiment que dans un contexte annoncé de baisse du nombre d'enseignants, les lycées ne seront pas en mesure, à la rentrée, de proposer toutes les spécialités qui sont revendiquées pour l'instant, et qu'il y a donc tromperie pour les élèves de 3e qui choisiraient un établissement plutôt qu'un autre sur la foi des listes de spécialités prétendument disponibles.