Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meurthe-et-Moselle : les syndicats de l'éducation nationale appellent à la grève le mardi 26 janvier

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

L'appel à la grève dans l'éducation nationale sera suivie en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges. Les syndicats réclament une meilleure revalorisation des salaires ainsi que l'annulation de la suppression des 129 postes prévus dans l'académie.

Six syndicats portent cet appel en Meurthe-et-Moselle
Six syndicats portent cet appel en Meurthe-et-Moselle © Radio France - Léo Limon

En Meurthe-et-Moselle, six syndicats d'enseignants et de personnels de l'éducation nationale appellent à la grève le 26 janvier. Ils répondent à un appel national. Ils réclament un plan d'urgence pour l'éducation nationale.

Pour les syndicats, la coupe est pleine. La mobilisation du 26 janvier sonne comme un cri de colère envoyé au ministère de l'éducation nationale. Les revendications sont multiples mais portent surtout sur les salaires et l'annulation des suppressions de postes programmées dans l'académie Nancy-Metz.

Des suppressions de postes dans l'académie Nancy-Metz

A la rentrée 2021 ce sont 129 postes d'enseignants en collège et lycée qui seront supprimés. " Nous allons perdre ces postes alors que les effectifs d'élèves sont stables, explique Etienne Masson secrétaire départemental SNES-FSU, nous demandons le maintien de ces postes. L'éducation nationale rend nos conditions de travail plus difficile encore, nous n'avons plus confiance en Jean-Michel Blanquer."

Une colère syndicale amplifiée par la crise sanitaire et par les premières annonces du ministère de l'éducation au cours du Grenelle de l'éducation. Qui se tient depuis fin octobre jusqu'en février, afin de réformer l'éducation.

Des revendications salariales

Une enveloppe de 400 millions d'euros sera utilisée par le ministère pour revaloriser les salaires avec notamment une prime de 100 euros pour les jeunes professeurs.

Mais pour les syndicats ce n'est pas suffisant. "Depuis des années il y a une perte de pouvoir d'achat énorme. Le point d'indice est gelé depuis 2010" affirme Brigitte Kes secrétaire départementale du syndicat FO des lycées et des collèges. Un avis partagé par François Wey, secrétaire départemental du syndicat FSU : "ce qui est important c'est le salaire. Nous voulons que tous ceux qui vont au charbon à nos côtés comme les AESH et les AED, aient aussi leur part du gâteau."

Un cortège partira mardi 26 janvier à 13h30 de la porte Desilles à Nancy, des mobilisation auront lieux à Metz, Epinal et Verdun.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess