Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Grève des correcteurs du bac : la rectrice de Dijon envisage du travail de nuit et le recours aux forces de l'ordre

Les correcteurs du baccalauréat en grève ne transmettront pas les notes du baccalauréat 2019 via le logiciel de l'Education Nationale. Ils appelent aussi à la grève des jurys jeudi pour ne pas rendre les copies. La rectrice envisage de faire appel aux forces de l'ordre.

Enseignants et correcteurs du baccalauréat manifestent devant le rectorat de Dijon
Enseignants et correcteurs du baccalauréat manifestent devant le rectorat de Dijon © Radio France - Philippe Paupert

Dijon, France

Les notes du baccalauréat 2019 doivent être transmises à l'académie mardi. Les correcteurs de Bourgogne ont jusqu’à midi pour rentrer ces notes dans un logiciel mais pour contester la réforme du lycée, des correcteurs et plusieurs syndicats (SNES, FSU, CGT, SNALC, FO) appellent à la grève.  La rectrice de l'académie de Dijon met en garde : elle pourrait faire appel aux forces de l'ordre pour éviter le blocage des jurys  jeudi.

Ne pas rendre les copies du baccalauréat est une faute professionnelle

Si les notes ne sont pas transmises avant mardi midi, l'Education Nationale mobilisera du personnel administratif pour entrer les notes dans le logiciel après avoir récupérer les copies jeudi mais les enseignants appellent aussi à la grève jeudi.  

La rectrice de l'académie de Dijon envisage la possibilité de protéger la remise des copies par les forces de l'ordre pour ne pas retarder les résultats du bac. Frédérique Alexandre-Bailly prévient les enseignants grévistes :"si certains n'apportent pas les copies, on n'est plus dans une situation de gréve. Ils se mettent en situation de faute professionnelle. Cette faute peut aller au pénal puisque les copies ne leur appartiennent pas. Les copies du bac appartiennent à l'Etat et ils doivent rendre les copies. Ce sera une surcharge de travail pour les services de l'Education Nationale qui rentreront les notes" dans le logiciel, tard le soir et peut-être toute la nuit.

"Personne ne prend les élèves en otage. Les candidats auront leurs notes avec deux ou trois jours de retard" - Robin Vernois, professeur de philosophie

Une soixantaine d'enseignants et de correcteurs étaient devant le rectorat lundi à la mi-journée pour dénoncer la réforme du bac. Robin Vernois a été reçu par la rectrice. Ce professeur de philosophie en Côte-d'Or n'a pas l'intention de transmettre notes et copies : il assure que  "les parents d'élèves savent que nous avons une expertise sur cette réforme. Les parents savent que nous ne sommes pas des sadiques. Nous encourrons des sanctions mais nous le faisons parce nous estimons que c'est nécessaire pour les années à venir".  

La rectrice Frédérique Alexandre-Bailly rétorque que "s'il s'avérait qu'il y ait des blocages qui empêchent les correcteurs d'apporter les copies, nous ferons appel aux forces de l'ordre pour protéger" les bâtiments où se tiennent les jurys