Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Grève du 5 décembre en Indre-et-Loire : "c'est la réforme de trop" selon les enseignants

-
Par , France Bleu Touraine

De nombreux enseignants vont participer à la grève du jeudi 5 décembre pour montrer leur opposition à une réforme du système des retraites. Ils craignent notamment d'importantes pertes sur le montant de leurs pensions.

Image d'illustration manifestation des enseignants
Image d'illustration manifestation des enseignants © Maxppp - Maxppp

Indre-et-Loire, France

C'est une grève massive qui s'annonce jeudi 5 décembre. Policiers, cheminots, personnels hospitaliers, agents d'EDF, de Fil Bleu vont se mobiliser contre la réforme du système des retraites prévue par le gouvernement. 

Parmi ceux qui seront très mobilisés aussi, les enseignants qui ne veulent pas d'une retraite par points qui réduirait fortement leurs pensions par rapport au système actuel selon eux.

Un très grand nombre d'entre eux n'iront pas faire cours et seront donc en grève partout dans le département.

"Les premiers calculs annoncent des pertes entre 600 et 800 euros pour les retraites des enseignants"

C'est le cas de Lucie Bailleul professeure de sciences physiques au lycée Grandmont à Tours et syndiquée à la CGT. Pour elle c'est aussi le moyen d'exprimer un ras le bol général. "La réforme des retraites dans l'éducation nationale s'annonce assez sévère. Les premiers calculs annoncent des pertes entre 600 et 800 euros pour les retraites des enseignants. On entend d'ailleurs notre ministre Jean-Michel Blanquer qui reconnait lui même le problème ce qui montre que l'on est quand même en droit de s'inquiéter de ce qui en sera de notre avenir à la retraite" dit-elle soucieuse. 

Mais pour elle le problème est plus large : "il y a aussi le sentiment que c'est la réforme de trop car actuellement on subit la réforme du lycée. On est tous assez fatigués à devoir mettre en oeuvre ces nouveaux programmes pour les secondes et les premières (...) c'est une accumulation de choses et d'informations qui fait que ça alimente le ras-le-bol des professeurs" explique l'enseignante. 

"On parle quand même de 30% de retraites en moins !"

Un sentiment que confirme Anne Grandet, professeure de lettres au lycée Paul Louis Courrier à Tours et responsable syndicale au SNES FSU 37. Cette nouvelle réforme fragilise encore davantage des professeurs déjà à bout et l'instauration d'un système de retraites par points est dangereux pour les enseignants selon elle : "ça risque d'être terrible en particulier pour les enseignants. Avec cette réforme on ne peut absolument pas fixer en amont l'âge de la retraite et le niveau de pension aussi ne sera pas fixé."

"La profession enseignante a bien compris qu'on allait y perdre" explique-t-elle. "On parle quand même de 30% de retraites en moins !"

Une grève qui pourrait durer

Elle prévoit "un fort taux de grévistes jeudi" et n'exclut pas de construire un mouvement sur la durée "syndicalement on a décidé de prendre nos responsabilités et essayer de construire un mouvement profond, à la hauteur des attaques que l'on va subir."

Jeudi 5 décembre à 14h, à la faculté des Tanneurs à Tours, les professeurs ont prévu une assemblée générale éducation pour décider s'ils reconduisent le mouvement ou non.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu