Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Grève du 5 décembre : la mobilisation s'annonce "exceptionnelle" dans les écoles des deux Charentes

-
Par , , , France Bleu La Rochelle

Entre 60 et 65% de professeurs grévistes dans les écoles : c'est la prévision du Snuipp-FSU dans les deux Charentes, pour la journée de grève du 5 décembre. En Charente, un tiers des écoles seront fermées. Les syndicats assurent avoir reçu très peu de critiques de la part des parents.

Le mouvement de grève du 5 décembre est reconductible. Dans les écoles, la grève pourrait donc se poursuivre vendredi. Photo d'illustration.
Le mouvement de grève du 5 décembre est reconductible. Dans les écoles, la grève pourrait donc se poursuivre vendredi. Photo d'illustration. © Maxppp - Philippe Lavieille

Charente-Maritime, France

A l'Education nationale, c'est dans les écoles que la journée de grève de jeudi sera le plus suivie. Alors que les principaux syndicats de l'Education nationale appellent à cesser le travail pour dénoncer le projet de réforme des retraites, le Snuipp-FSU a fait son propre sondage en Charente. Plus de 65% des enseignants devraient faire grève dans les écoles charentaises, dont le tiers seront totalement fermées (tous les enseignants en grève). Un niveau "exceptionnel" selon Elise Moreau, co-secrétaire du Snuipp en Charente pour qui "c'est à la hauteur des enjeux de ce projet de réforme". En Charente-Maritime, le Snuipp table sur au moins 60% de grévistes (et même 74% à en croire un pointage interne).

Il faut dire que les enseignants du primaire figurent parmi les grands perdants de la réforme des retraites, de l'aveu même du gouvernement. Sans revalorisation salariale, leurs pensions sont appelés à baisser fortement. "Idéologiquement, c'est aussi la fin d'un système de solidarité auquel tiennent beaucoup d'enseignants et d'enseignantes" précise Elise Moreau.

Retrouvez la carte des écoles fermées ce jeudi en Charente, selon le Snuipp-FSU 16:

La grève sera également très suivie dans les collèges et les lycées, avec 60% de grévistes au niveau national selon le Snes-FSU. La plupart des établissements resteront ouverts, mais avec de fortes perturbations dans les cours ou à la cantine.

Service minimum en difficulté

Et difficile pour les parents de se reposer sur le service minimum obligatoire, à la charge des communes quand le taux d'enseignants grévistes dépasse 25%. Mais dans de nombreuses communes, les agents municipaux seront également en grève, ce qui va compliquer l'accueil des enfants. A La Rochelle, Lilou, 10 ans, n'ira pas à l'école ce jeudi : "j'irai chez mes grands parents à Villedoux. Mais j'aurais préféré être gardée par les parents de mes amies."

Du côté du Snuipp, on tempère la gêne occasionnée : "les enseignants ont reçu beaucoup de soutiens de la part des parents d'élèves", promet Elise Moreau en Charente. Arnaud est professeur des écoles à La Rochelle, et jeudi il sera "gréviste, bien sûr. Pour tout ce qui se passe dans notre pays en ce moment, la réforme des retraites bien évidemment mais aussi le virage libéral qu'est en train de prendre notre gouvernement."

Mouvement reconductible

Pour Arnaud, "c'est un moment charnière où il faut que tout le monde se sert les coudes." Lui-même devra garder ses enfants ce jour-là, puisque leurs enseignants seront aussi en grève : "je les emmènerai avec moi avec la manifestation. Et puis je garderai aussi les enfants d'un couple d'amis qui travaillent."

La grève qui débute jeudi est reconductible, et pourrait se poursuivre les jours suivants, y compris dans les établissements scolaires. "C'est le début d'un mouvement pour que le gouvernement revoit sa copie, promet la syndicaliste Elise Moreau. Ce projet, on n'en veut pas".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu