Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Grève reconductible en STAPS à Rennes : les enseignants en sport réclament des créations de postes

mardi 13 février 2018 à 16:32 Par Loïck Guellec, France Bleu Armorique

Le nombre des étudiants a quadruplé en 10 ans en première année de l'UFR STAPS de l'Université de Rennes 2 mais les moyens ne suivent pas. Les enseignants en sport ont lancé un mouvement de grève reconductible. La grève est reconduite pour mercredi.

Mobilisation devant la présidence de Rennes 2
Mobilisation devant la présidence de Rennes 2 - @LoukianJacquet

Rennes, France

"On n'arrive pas à assurer notre mission de service public, on lance un cri d'alerte" dit Yohann Rech responsable de la Licence Management du sport à l'UFR STAPS de Rennes située sur le campus de la Harpe à Villejean. Les enseignants ont entamé ce mardi une grève reconductible. En 10 ans, les effectifs ont quadruplé en première année de licence, ils sont passés de 200 à 800 étudiants mais les moyens n'ont pas suivi. En STAPS à Rennes, la moyenne est d'un enseignant pour 55 étudiants, un des taux d'encadrement les plus faible en France. Les professeurs réclament la création de 7 postes supplémentaires.   

Le mouvement est suivi par 90% des enseignants; il est soutenu par une grande majorité d'étudiants qui se sont d'ailleurs rassemblés ce mardi après-midi devant la présidence de Rennes 2 en proposant des animations sportives. "Ce sont des vacataires qui doivent combler le manque d'effectifs" déplore Yohann Rech. "La situation est intenable". En assemblée générale, la grève a été reconduite pour mercredi.