Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Pour "casser un tabou", deux collégiennes victimes de harcèlement scolaire témoignent à Saint-Lô

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Elles ont été victimes de harcèlement à l'école durant des mois et témoignent pour "casser un tabou" : deux élèves de 3e du collège interparoissial Jeanne d'Arc de Saint-Lô (Manche) ont raconté leur vécu devant une quarantaine d'élèves de leur établissement, ce lundi 2 décembre.

Anais et Mathilde, 14 ans, racontent les insultes et les coups qu'elles ont subi , pour sensibiliser leurs camarades aux situations de harcèlement
Anais et Mathilde, 14 ans, racontent les insultes et les coups qu'elles ont subi , pour sensibiliser leurs camarades aux situations de harcèlement © Radio France - Lucie THUILLET

Saint-Lô, France

Elles veulent casser "un tabou", "montrer la réalité en face" et "apporter de l'information et de l'aide à ceux qui sont victimes ou témoins de harcèlement pour que cela diminue".  Durant une heure, ce lundi 2 décembre 2019, Anaïs et Mathilde, deux collégiennes de 14 ans ont présenté à leurs camarades du collège interparoissial de Saint-Lô ce que pouvait être le harcèlement, ces violences répétées verbales, physiques ou psychologiques.

Parfois je revenais avec des bleus sur le corps

Elles ont témoigné de leur propre vécu et de cet engrenage infernal dont elles ont souffert à la fin de l'école primaire et au début du collège. "Ce groupe (d'élèves) a commencé à m'insulter, se moquer de moi devant tout le monde... «Tu pues, t'es moche, t'es grosse»" a confié Anaïs, 14 ans. "Un jour, par exemple, on m'a dit que je ressemblais à une poubelle et que je devais aller me pendre. Ça a continué pendant plusieurs mois, on me poussait dans les escaliers, on m'a frappé. Parfois, je revenais avec des bleus sur le corps."

Anorexie, mutilations, tentative de suicide

Devant les élèves de leur établissement, les deux collégiennes ont ainsi raconté les moqueries, les insultes, les bousculades, les coups, l'isolement, l'emprise psychologique et toutes les conséquences très graves que cela a entraîné pour elles, l'anorexie, les mutilations, jusqu'à la tentative de suicide. Mathilde n'a pas pu en parler à ses parents pendant longtemps : "J'avais honte. Je me suis mutilée pour essayer de transformer ma douleur psychique en douleur physique. Mais vu que ça continuait tous les jours tous les jours, que c'était répétitif, ça me faisait plus grand chose et j'ai alors tenté de me suicider. On me répétait que je ne méritais pas de vivre, j'y croyais à force. Maintenant, je me rends compte que j'aurais dû en parler et je regrette beaucoup." 

Les deux jeunes filles espèrent que leur témoignage va briser le silence et qu'il aura plus d'impact que n'importe quelle campagne de communication.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu