Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Harcèlement scolaire : l'histoire de Célia, qui a tenté de se suicider

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

C'est la 5 ème édition de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire. Voici l'histoire de Célia, âgée aujourd'hui de 17 ans. Quand elle était au collège, elle a été harcelée par ses copines de classe, au point de tenter de se suicider

Célia a été harcelée en 5 ème et 4 ème
Célia a été harcelée en 5 ème et 4 ème © Radio France - Photo d'illustration

Isère, France

Célia va bien aujourd'hui. Elle a réussi à se reconstruire, après deux années de harcèlement quand elle était au collège, en 5ème et 4 ème. Elle raconte cette épreuve qui a failli lui coûter la vie : " Mes copines de classe m'ont jalousée car elles trouvaient que j'étais mieux habillée qu'elles, que j'avais un plus beau portable. Alors, elles ont commencé a me bousculer dans les escaliers, elles se moquaient de moi tout le temps. Chez moi, je recevais des insultes par internet, des appels à n'importe quelle heure. C'était l'enfer. Elles me disaient que j'étais un parasite et que je devais en finir."

Tentative de suicide

La mère de Célia contacte alors le collège mais on lui explique que ce sont des enfantillages. En 4 ème, le harcèlement reprend de plus belle, Célia fait des crises d'angoisse, ne veut plus aller en classe. Jusqu’au jour où elle s'enferme dans sa chambre et avale tous les médicaments que le médecin lui avait prescrits pour dormir.

Célia est sauvée in extremis par sa mère qui la découvre inanimée et appelle le SAMU. La jeune fille change alors d'établissement et doit partir en internat. Mais elle développe une phobie scolaire et arrête l'école avant son bac. Finalement, elle opte pour la formation par alternance et vient de décrocher son diplôme pour s'occuper des personnes âgées à domicile.

"Personne ne nous a aidées" - Marie, la mère de Célia

Sa mère est toujours en colère : "Le collège n'a rien fait. J'ai déposé plainte, elle a été classée sans suite. Les filles qui ont harcelée Célia n'ont jamais été sanctionnées. Ce n'est pas normal."

Pourtant, Célia pense qu'organiser des journées de lutte contre le harcèlement c'est bien : "Il faut parler, briser le silence. Mais il faut que les adultes nous écoutent. Moi, je n'ai pas eu d'aide, sauf ma CPE, mais cela n'a rien changé. Je crois aussi que ceux qui harcèlent ne se rendent pas compte que c'est horrible à vivre.  Surtout quand ils sont derrière leur écran et qu'ils ne voient pas le mal qu'ils font."

Un numéro vert contre le harcèlement scolaire

Selon l’UNICEF, en 2018, en France, 700 000 élèves ont été victimes de harcèlement scolaire, soit un enfant sur 3. Et un ado sur 4 harcelé dit avoir pensé au suicide. Le gouvernement a mis en place une plateforme nationale baptisée "non au harcèlement" avec un numéro dédié, le 30.20.

Selon le référent harcèlement scolaire de l’académie de Grenoble, ce numéro est utilisé à 99 % par les familles. En 2018, 140 cas de harcèlement scolaire ont été traités et résolus. Un phénomène qui touche surtout les CM1, CM2 et 6 ème. 53 % sont des garçons, 47 % des filles.

140 cas de harcèlement traité dans l'académie de Grenoble en 2018

L’académie a mis en place un réseau de "sentinelles", comprenez des élèves formés pour déceler dans la cour de récré ou les couloirs des établissements, des actes de violence, préludes à du harcèlement. D'autre part, 200 lycéens ont été formés pour gérer et désamorcer le phénomène du harcèlement, en partant du principe qu'un jeune qui s'adresse à un jeune, c'est plus efficace qu'un adulte. 

Ecoutez l'histoire de Célia et de sa maman

L'objectif est que chaque appel de détresse soit pris en compte par l'institution. Selon un protocole bien défini, si besoin, un  médiateur se rend sur place pour évaluer la situation. Mais l’académie de Grenoble reconnait que le phénomène du cyber-harcèlement est très compliqué à gérer car il s'exerce à l'extérieur de l'école via les réseaux sociaux.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu