Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Harcèlement scolaire : le combat d'une maman tourangelle pour son fils de 12 ans

-
Par , France Bleu Touraine

C'est le combat d'une maman tourangelle, Vanessa, contre le harcèlement scolaire que subit son fils de 12 ans depuis le CM2. Elle essaie en vain de se faire entendre par la direction et a créé l'association "Stop harcèlement scolaire 37".

Il y aurait 700 000 enfants victimes de harcèlement scolaire en France. Illustration
Il y aurait 700 000 enfants victimes de harcèlement scolaire en France. Illustration © Maxppp - Alexandre MARCHI/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Indre-et-Loire, France

C'est le combat de cette maman tourangelle, Vanessa, contre le harcèlement scolaire que subit son fils. Depuis son CM2, l'enfant de 12 ans aujourd'hui en sixième se fait insulter et harceler par ses camarades de classe. En France, ce sont 700 000 enfants qui sont victimes de harcèlement scolaire. Vanessa a créé l'association Stop Harcèlement scolaire 37 le 29 janvier pour que l'enfer que vit son fils et des autres enfants harcelés cesse. Et cela avance puisqu'elle rencontre enfin l'équipe pédagogique de l'établissement lundi 25 février, mais il a fallu insister pendant ces mois de souffrance.

Alertée par un ancien copain de classe, Vanessa a découvert le calvaire que vivait son fils depuis le CM2. 

"Il y a un cours où il s'est fait cracher dessus, après il y a eu des bousculades, il y a eu beaucoup d'insultes. Il reçoit des coups, notamment dans les parties génitales. Juste avant les vacances scolaires du mois de décembre il ne mangeait plus. C'est très dur, quand il pleure et dit qu'il veut recommencer sa vie, que là où est son grand-père, au moins personne ne va le harceler ou l'insulter." 

"Rien n'a été fait"

Nombreux sont les enfants à cacher ce genre de situation à leurs parents. Alertée à temps, Vanessa a multiplié les rendez-vous avec la direction. "Rien n'a été fait en CM2 et malheureusement cela s'est poursuivi en sixième. On a réussi quand même à avoir quelques rendez-vous avec les CPE"...en pure perte. 

"La proviseure du collège nous a répondu que c'était des faits ponctuels et isolés, et qu'on ne pouvait pas classer cela comme du harcèlement scolaire. Concrètement, de septembre à décembre il n'y avait rien eu de fait. Quand mon fils allait voir la CPE, on le faisait un peu passer pour un menteur. Il a vraiment fallu qu'on insiste pour qu'on soit entendus et qu'ils disent enfin que c'est du harcèlement." 

"Moi je me suis dit c'est pas possible, il faut faire quelque chose" raconte la maman déterminée. Vanessa a donc fini par créer l'association "Stop harcèlement scolaire 37" pour faire connaître le harcèlement et aider les familles à qui cela arrive aussi. Déjà une maman est venue alerter Vanessa sur un autre cas de harcèlement dans un établissement de l'agglomération tourangelle. Selon elle, là aussi, la direction ne réagirait pas.

Victime ou témoin de harcèlement scolaire ? Numéro vert gratuit au 3020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu