Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Harcèlement scolaire : une pièce de théâtre pour libérer la parole de collégiens messins

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Comment aborder le plus sereinement possible un sujet aussi douloureux que le harcèlement scolaire ? Les élèves de 6ème du collège Georges de la Tour, à Metz, ont pu le faire grâce à une pièce de théâtre. Certains connaissaient déjà le sujet : le harcèlement peut commencer dès l'école primaire.

Le harcèlement scolaire évoqué dans une pièce de théâtre face aux élèves de 6ème du collège Georges de la Tour à Metz
Le harcèlement scolaire évoqué dans une pièce de théâtre face aux élèves de 6ème du collège Georges de la Tour à Metz © Radio France - Julie Seniura

Une pièce de théâtre pour briser le silence, et libérer la parole autour du harcèlement : c'est l'initiative qui a eu lieu en ce début de semaine au collège Georges de la Tour à Metz. La pièce Princesse de Pierre, de l'autrice Pauline Peyrade, elle-même victime de harcèlement dans son enfance, a été interprétée devant les classes de 6ème. 

L'opération, réclamée par le conseil de vie lycéenne pour sensibiliser leurs plus petits camarades du collège, a été coordonnée avec le rectorat et l'espace culturel Bernard-Marie Koltès, ainsi que la coopérative artistique Cap Etoile, basée à Montreuil, qui a conçu le spectacle.

Un phénomène en pleine expansion

S'ils rient nerveusement quand ils entendent des gros mots, le regard des enfants se remplit de compassion pour Eloïse, l'unique personnage de la pièce, interprété par la comédienne Sélin Altiparmarc. Car beaucoup de ces élèves ont déjà été eux-mêmes victimes, souvent dès l'école primaire : CE2, CM1... Coups, insultes, parce qu'on a les cheveux bruns, parce qu'on est en surpoids... Certains enfants parviennent alors à exprimer ce qu'ils ont vécu, mais aussi comment ils s'en sont sortis : "Aujourd'hui ça va mieux, j'ai de bons amis qui prennent soin de moi, et dont je prends soin", témoigne l'un d'eux.

Après une demi-heure de spectacle, le dialogue s'installe entre les élèves et les artistes : on explique, on décrypte, on cherche des solutions. "Certains élèves nous le disent : avec le théâtre, on comprend mieux qu'avec les discours. Le personnage d'Eloïse, il est comme nous. Les élèves ressentent ce que le harcèlement peut provoquer, ça les impressionne", explique Véronique Bellegarde, la metteuse en scène. 

Après la représentation, un temps de dialogue a été ouvert entre les artistes et les élèves
Après la représentation, un temps de dialogue a été ouvert entre les artistes et les élèves © Radio France - Julie Seniura

Une opération initiée par les lycéens pour leurs camarades du collège

Le phénomène a peut-être toujours existé, mais les réseaux sociaux amplifient clairement le phénomène depuis quelques années. Lorena Cornacchia, la conseillère principale d'éducation du lycée Georges de la Tour de Metz, l'a bien remarqué : "Moi qui suis une ancienne CPE, j'ai vu effectivement évoluer cette situation qui devient effrayante à cause des réseaux sociaux. Les ados communiquent derrière un écran, sans parfois connaître la ou les victimes. L'objectif de cette action est d'ouvrir la parole. On peut alors les aider, en tout cas améliorer les relations qu'ils ont entre eux."

La représentation aura donc permis de délier un peu les langues... Le travail sur le harcèlement scolaire continuera ces prochaines semaines avec les aînés du lycée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess