Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hausse des frais pour les étudiants étrangers : 200 manifestants à Nancy contre un projet "injuste et discriminatoire"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

200 manifestants dans les rues de Nancy ce mercredi après-midi. Ils dénoncent le projet gouvernemental d'augmenter très fortement les frais d'inscription à l'université pour les étudiants étrangers non européens.

Un symbolique cercueil en tête de cortège des manifestants
Un symbolique cercueil en tête de cortège des manifestants © Radio France - Isabelle Baudriller

Ils ont défilé de la Faculté de Sciences et Techniques, à Villers-lès-Nancy, jusqu'à la place Stanislas à Nancy, en passant par le campus Artem, le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle et le siège de la Métropole. 200 étudiants, enseignants et personnels de l'Université de Lorraine ont manifesté ce mercredi après-midi contre le projet gouvernemental de hausse des frais d'inscriptions à l'université pour les étudiants étrangers non européens à la rentrée prochaine. 

Des frais multipliés jusqu'à 16 pour une licence (2 770€ pour les étudiants extracommunautaires au lieu de 170€ pour les étudiants européens). Le projet ne concerne que les nouveaux arrivants et ne s'appliquera pas aux doctorants étrangers, selon les annonces de la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le week-end dernier dans un entretien au Journal du dimanche. N'empêche, selon les manifestants, ces mesures sont discriminatoires et menacent certaines formations où les étudiants étrangers sont très nombreux.

"Il faut se battre pour les autres", estime ainsi Cheikhouna, 26 ans, en licence de Génie Civil. "La France a toujours été un pays de choix pour nous les Africains. Moi, je suis d'origine sénégalaise et j'ai vu dans la France une opportunité pour acquérir les compétences requises. On ne vient pas pour rester, on vient là pour aider nos pays qui sont dans des conditions un peu précaires."

Conséquence déjà concrète de ce projet : le nombre de candidatures à la Faculté des Sciences et Technologie de Nancy, qui accueille de nombreux étudiants étrangers, est en baisse. "Une baisse très significative, d'environ 40% par rapport à l'an dernier", souligne Stéphane Flament, doyen de la faculté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu