Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Haute-Garonne : les parents d’élève de Goyrans espèrent qu'Emmanuel Macron défendra leur école

-
Par , France Bleu Occitanie

Lors de sa conférence de presse ce jeudi soir, Emmanuel Macron doit annoncer un moratoire sur les fermetures des écoles et des hôpitaux. Le village de Goyrans au sud de Toulouse espère que l’une des classes de l’école ne sera pas fermée.

Le village de Goyrans - 500 habitants - se mobilise pour éviter la fermeture d'une des trois classe de l'école
Le village de Goyrans - 500 habitants - se mobilise pour éviter la fermeture d'une des trois classe de l'école © Radio France - Olivier Lebrun

Le président de la République ne veut plus de fermeture d'écoles, ni d'hôpitaux d’ici la fin du quinquennat. Cela doit faire partie des annonces qu'il va faire ce jeudi soir devant la presse. Annonces qu'il aurait dû faire le 15 avril dernier, mais qui ont été reportées après l'incendie de Notre Dame de Paris.

Les syndicats d'enseignants tiquent sur l'idée d'une suspension des fermetures d'école jusqu'à la fin du mandat en cours. D'abord, parce que de toute façon, toute commune qui perd un service public doit en être informé un an avant. Ensuite, parce que le problème aujourd'hui, ce n'est pas tant les fermetures d'écoles que les fermetures de classes.

Le village se mobilise pour recruter des élèves

A Goyrans, petit village de 500 habitants au sud de Toulouse, les parents d'élève se mobilisent depuis des mois contre la fermeture de l'une des trois classes de l'école à la prochaine rentrée.

Le couperet est tombé, le nombre d'élèves inscrits pour la rentrée prochaine est en diminution. L'école n'accueillera que 51 enfants l'an prochain contre 56 cette année. L’Académie a annoncé la suppression d’un poste d'enseignant entraînant le passage des classes de 2 à 3 niveaux, et à terme une école qui se vide.

"Nous sommes une petite école de village, nous avons une cinquantaine d’enfants répartis du CP jusqu’au CM2. Nous avons trois classes avec des doubles niveaux. Avec la fermeture d’une classe que l’on nous annonce pour la prochaine rentrée, on se retrouverait à 27 élèves par classe. A l’inverse de ce qui est annoncé d’un dédoublement des classes de CP, nous au lieu de les dédoubler, on va les tripler, avec trois niveaux par classe" explique Marie-France Achouri, la présidente des parents d'élèves qui espère que les annonces d'Emmanuel Macron vont assouplir la décision du rectorat.

J’aimerai que demain, suite à cette allocution, on nous dise qu’il n’y aura pas de fermeture de classe dans notre village, mais je n’en suis pas sûr.

Marie-France Achouri, présidente des parents d'élèves de Goyrans

27 élèves par classe

Les enseignants et les parents d’élève se sont mobilisés pour recruter des élèves. Ils ont passé une annonce sur le boncoin, organisé une journée portes ouvertes. Cinq nouveaux élèves suffiraient à sauver la classe. Pourtant, l’Inspection d’Académie semble décidée à fermer une classe à Goyrans coûte que coûte . "Il n'y a plus de notion de seuil. Quel que soit le nombre d'enfants, il est décrété qu'il y aura une fermeture. Tout est mis en route pour supprimer ce poste" déplore la présidente des parents d’élève.

C’est une décision brutale – déplore Catherine Remigy, l’adjointe au maire de Goyrans chargée de l’école.

"Notre alternative, c’est de travailler avec les villages voisins à un regroupement pédagogique, mais on a vraiment pas le temps de se retourner. Si Emmanuel Macron fait des annonces de manière à temporiser des décisions couperet comme celle que nous vivons, alors oui, je suis preneuse, pour préparer l’avenir un peu plus sereinement. Si ces annonces vont dans ce sens-là, je serai très contente."

Catherine Remigy, - adjointe au maire de Goyrans

Un effet d’annonce

Dans le département voisin du Tarn, avec les dédoublements en réseau d'éducation prioritaire à effectif constant, six classes vont être supprimées à la rentrée prochaine

"On a subi des fermetures massives sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, le précédent quinquennat n’a fait que maintenir les effectifs existants, avec les annonces de 120 000 suppressions de poste dans la fonction publique, on sait que l’Education Nationale est un gros réservoir de postes à supprimer, on peut craindre qu’il y en ait. Sur l’arrêt des fermetures d’écoles, c’est pour nous purement un effet d’annonce", estime Thomas Verdier, co- secrétaire du SNUIPP FSU dans le Tarn, le syndicat majoritaire dans le premier degré

Thomas Verdier, co- secrétaire du SNUIPP FSU dans le Tarn