Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Herri Urrats : Seaska martèle la nécessité d'ouvrir 25 postes d'enseignants en langue basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

La 36e édition d'Herri Urrats, la fête des ikastola, organisée par Seaska, s'est tenue ce dimanche 12 mai autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Au cœur des préoccupations, lors de la traditionnelle réunion : le manque de professeurs en langue basque.

Seaska a annoncé l'ouverture d'une 37e ikastola à Arbonne pour septembre 2019
Seaska a annoncé l'ouverture d'une 37e ikastola à Arbonne pour septembre 2019 © Radio France - Jennifer Biabatantou

Saint-Pée-sur-Nivelle, France

Malgré l'ambiance festive à Herri Urrats, la fêtes des ikastola, ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle, le bras de fer continue entre Seaska et l'Education nationale. Le point de discorde : le financement des postes d’enseignants dans les établissements scolaires immersifs en langue basque. La fédération des ikastolas demande à l'Etat d'en ouvrir 25. Cinq leur ont été octroyés pour la rentrée prochaine.

Un nombre insuffisant, pour les parents d'élèves qui n'ont pas manqué de le rappeler devant les élus du Pays basque lors de la réunion. Cette année, elle a été marquée par l’absence de Pierre Barrière, le DASEN (directeur académique des services département de l'Education nationale) à la table des négociations, qui a usé de son droit de réserve à l’approche des élections européennes, le 26 mai prochain.

De plus en plus d'élèves dans les ikastola mais pas assez de professeurs

Lors de sa prise de parole Beñat Arabit, président de l’Office public de la langue basque (OPLB) souligne « qu’à septembre 2019, peu plus de 4000 élèves seront inscrits dans des ikastola », ça représente entre 200 et 250 élèves de plus. Il demande donc à l'Etat « de se rendre compte de l’importance de l'enseignement en langue basque, de maintenir et développer le système immersif en euskara. »

Alors cette hausse d’effectif, conjuguée au manque de professeurs, risque de compliquer les conditions d’apprentissage affirme Paxkal Indo, président de Seaska : « déjà à la rentrée dernière, il nous fallait 25 postes. On en a eu cinq donc Seaska a en financé 10 et l’OPLB cinq. On est arrivé à couvrir l’année. Sauf que maintenant on a un déficit de 20 postes, reporté à cette année. On en arrive à 30 pour 2019. Si on continue comme ça, on ne pourra pas continuer à travailler. Il y aura des classes de 44 élèves au collège et au lycée ». 

Vers une nouvelle année sans convention avec l'Education nationale ?

C'est pour ces raisons que l'an dernier la convention n'a pas été renouvelée. Signée tous les trois ans par l'Education nationale, Seaska et l'Office public de la langue basque, elle fixe, entre autres, le nombre de poste : "actuellement le texte est quasiment prêt, signale Hur Gorostiaga, directeur de Seaska, la date du 2 juillet a été donnée pour la signature mais on ne le fera tant que l'Etat n'aura pas répondu à notre demande."

Seaska a prévu d'organiser des rassemblements le vendredi 17 mai à 18 heures devant les centres d'inspection académique de Bayonne, Saint-Jean-de-Luz, Ustaritz et les centre des impôts à Mauléon et Saint-Jean-Pied-de-Port.

Aussi au coeur des revendications : le droit de passer les épreuves du brevet en basque - Radio France
Aussi au coeur des revendications : le droit de passer les épreuves du brevet en basque © Radio France - Jennifer Biabatantou