Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Idex : les nouveaux statuts de l'université Lyon-Saint-Étienne en débat ce lundi

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un débat est prévu ce lundi sur les nouveaux statuts de l'université-cible. Cette fusion des universités de Lyon et de Saint-Étienne qui doit permettre de briguer le label Idex mais qui suscite beaucoup d'oppositions à l'université Jean-Monnet. Le vote est prévu le 23 octobre.

L'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne
L'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne © Maxppp - Rémy Perrin

Le vote sur les nouveaux statuts de l'université-cible, initialement prévu avant la fin septembre, a été repoussé au 23 octobre. Car cet été, les oppositions à la fusion en l'état des universités de Lyon et de Saint-Étienne se sont faites entendre. Le texte a donc été modifié pour tenter de prendre en compte un certain nombre de remarques des opposants stéphanois. Le nouveau projet de statuts est présenté ce lundi soir. 

Parmi les changements, le plus symbolique : la future université pourrait s'appeler l'université de Lyon-Saint-Étienne. A l'origine seule la ville de Lyon apparaissait dans le nom. La parole stéphanoise serait entendue puisque que le directeur du campus pourrait être invité à participer aux réunions de bureau.  Mais pour les opposants cela reste insignifiant, puisque nommé par le Président, il aurait essentiellement un rôle de médiateur. Les nouveaux statuts prévoient de créer un congrès étudiant et un bureau des affaires étudiantes, une façon de rassurer notamment la Fasee qui s'était opposée au projet.  

Les facultés de droit, d'éco-gestion et de médecine pourraient conserver leurs premiers cycles.   Des gages sont également donnés plus spécifiquement à la fac de médecine et au CHU avec cette assurance que les révisions des effectifs hospitalo-universitaires seraient gérés pour chaque centre à l'échelle de son territoire. Enfin, le MEDEF, la CPME et la CCI pourraient siéger dans la nouvelle instance.  Malgré ces ajustements, pour le collectif de l'université Jean-Monnet, le principal problème, c'est à dire la perte de la personnalité morale et juridique de l'université stéphanoise, reste entier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess