Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il nous faut des garanties", en Touraine, parents d'élèves et professeurs inquiets d'une reprise le 11 mai

-
Par , France Bleu Touraine

Auditionné ce mardi en commission à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué les premières pistes d'un retour progressif à l'école à partir du 11 mai. En Indre-et-Loire, parents d'élèves comme professeurs ne sont toujours pas rassurés.

Parents d'élèves comme professeurs demandent des garanties santaires à une reprise de l'école le 11 mai prochain.
Parents d'élèves comme professeurs demandent des garanties santaires à une reprise de l'école le 11 mai prochain. © Maxppp - James Arthur Gekiere

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a dévoilé ce mardi les premières pistes de travail vers un retour à l'école progressif à partir du 11 mai prochain, lors de son audition par la commission des affaires culturelles et d'éducation à l'Assemblée nationale. 

Le ministre envisage de limiter à 15 le nombre d'élèves par classe. Les grandes sections de maternelle, les classes de CP et de CM2 rentreront en premier, la semaine du 11 mai. Viendront ensuite les classes de 6ème, 3ème, première et terminale la semaine du 18 mai. La troisième semaine, toutes les classes seront concernées par la rentrée. 

"À l'heure actuelle, il est impossible d'ouvrir une seule classe en Indre-et-Loire." Paul Agard, délégué départemental du SNUIpp 

Des pistes qui ne satisfont pas Paul Agard, représentant en Indre-et-Loire du syndicat d'enseignants SNUIpp : "Nous pouvons témoigner qu'à l'heure actuelle, il est impossible d'ouvrir une seule classe en Indre-et-Loire. Non seulement nous n'avons pas l'assurance du nettoyage des écoles, mais nous n'avons pas non plus l'assurance d'avoir des masques pour pouvoir se protéger et protéger les enfants. Dans ce cas, il est impossible d'envisager une rentrée le 11 mai, en respectant les règles que Jean-Michel Blanquer a indiquées.

"Il nous faut des garanties sanitaires !" Florence Gomes, représentante de la FCPE en Indre-et-Loire

Du côté des parents d'élèves, l'inquiétude est aussi de mise : "Il nous faut des garanties sanitaires. C'est la condition sine qua non pour une reprise de l'école", explique Florence Gomes, représente de la FCPE en Touraine. "Nous avons encore beaucoup de questions. Quid de la logistique pour accueillir des élèves en effectif réduit ? Quid de la restauration sur place ? Quid des transports scolaires ? Quid des temps de récréation ? Ce retour progressif à l'école suscite énormément de questionnements.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu