Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Seaska : ils ont pique-niqué devant la maison du ministre de l'Economie au Pays Basque

samedi 2 juin 2018 à 17:15 Par Théo Hetsch, France Bleu Pays Basque

Plus de 500 parents et enfants des Ikastolas ont décidé d'aller pique-niquer chez Bruno Le Maire. La fédération des écoles en langue basque, Seaska, réclame toujours la création de 25 postes. En face, le rectorat leur en accorde 5,5. Question de budget... Alors ils sont allé interpeller le ministre.

le problème de postes, c'est un problème de budget, donc on est venu voir le ministre du budget...". Mais Bruno Le Maire n'était pas là
le problème de postes, c'est un problème de budget, donc on est venu voir le ministre du budget...". Mais Bruno Le Maire n'était pas là © Radio France - Théo Hetsch

Saint-Pée-sur-Nivelle, France

Une belle maison en pierres apparentes. Du bois qui sèche sous l'auvent. Tout paraît calme... jusqu'à ce qu'au détour d'un chemin, près de 520 parents et enfants débarquent avec tambours et pique-nique ! Une joyeuse colonie de vacances, dont fait partie Dante. Il a 2 enfants en Ikastola à Bayonne : "Dans leur classe, il y a entre 17 et 20 élèves, c'est ce qu'il faut, d'après les pédagogues pour avoir un enseignement de qualité". Il comprend que cela attire de plus en plus d'élèves, "c'est une super nouvelle, dit-il, mais face à ça, il faut aussi qu'il y ait des postes en plus". A la rentrée, près de 230 élèves de plus devraient intégrer les Ikastolas.

Plus de 500 parents et enfants des Ikastolas étaient présents, et se sont fait entendre dans les rues de Saint-Pée-sur-Nivelle - Radio France
Plus de 500 parents et enfants des Ikastolas étaient présents, et se sont fait entendre dans les rues de Saint-Pée-sur-Nivelle © Radio France - Théo Hetsch

"On est même obligé de refuser des inscriptions par manque de professeurs et de place"

A côté, Anagoya, ouvre aussi des chips pour sa fille, élève en grande section à Bassussary : "ça fait trois ans qu'elle existe, mais là les moyens ne suivent plus, explique-t-elle, on est même obligé de refuser des inscriptions parce qu'il n'y a pas assez de professeur et en raison des locaux trop exigus" déplore la maman...

Mais pas de Bruno Le Maire à l'horizon... C'est pourtant à lui que voulait s'adresser Peio Jojajuria, parent d'élève et porte-parole : "L'éducation nationale nous a dit que le problème de postes n'était pas un problème pédagogique mais de budget, donc on est venu voir le ministre du budget...".

Les manifestants sont partis du fronton et sont montés à travers la forêt jusqu'à la résidence secondaire du ministre - Radio France
Les manifestants sont partis du fronton et sont montés à travers la forêt jusqu'à la résidence secondaire du ministre © Radio France - Théo Hetsch

A défaut du ministre, Seaska doit rencontrer le recteur ces jours-ci. Sur la table : la prochaine convention qui la lie à l'éducation nationale et qu'elle menace toujours de ne pas renouveler si elle n'obtient pas plus de postes.