Éducation

Incivilité, insécurité : la SNCF au plus près des jeunes dans les collèges

Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine jeudi 15 octobre 2015 à 18:04

un agent de la SNCF devant des élèves
un agent de la SNCF devant des élèves - images SNCF - Programme Voyageur & Citoyen

Comment mieux lutter contre les incivilités et les dégradations dans les transports en commun? Chewing-gums collés sous les sièges, trains taggués, pieds sur les sièges etc. La SNCF a fait ses comptes : plus de 35 millions d'euros par an. Des cheminots vont donc au devant des jeunes.

Des cheminots volontaires passent ainsi dans les écoles, les collèges et les lycées de notre région. Ces campagnes de sensibilisation en milieu scolaire ont visé l'an dernier plus de 9500 jeunes.

Depuis plusieurs années, la SNCF a des agents qui régulièrement interviennent dans les classes de CM2 en primaire puis ensuite au collège avec les 3ième à la fois pour faire de la prévention sur les risques encourus dans les gares et à proximité des zones ferroviaires mais également sur les comportements citoyens à adopter dans les transports en commun

Ces cours avaient lieu hier jeudi 15 octobre  au collège Jean de La Bruyère à Tours Nord. 296 élèves dans ce collège au bord des rails du tram, le moyen de transport quotidien pour des centaines de jeunes.

Les élèves ont face à eux une photo avec une personne âgée allongée sur le sol et plusieurs autres voyageurs penchées sur elle.    

Exemple d'incivilité dans un train : les élèves doivent expliquer le scénario - Aucun(e)
Exemple d'incivilité dans un train : les élèves doivent expliquer le scénario - images SNCF - Programme Voyageur & Citoyen

Les élèves ont le choix entre 3 propositions: la vieille dame a glissé sur des déchets jetés par des jeunes remuants, elle a été dérangée par de la musique trop forte et est tombée en changeant de place et enfin c'est le comportement irrespectueux de l'ensemble de ces voyageurs qui a provoqué sa chute : les jeunes qui chahutent, l'homme au portable qui dérange les autres voyageurs et la mère dont l'enfant joue debout sur les sièges : tous ces personnages finissent par avoir une altercation dont la victime est cette vieille dame bousculée.

Pour ces jeunes, ce genre d'incivilités est monnaie courante dans leurs déplacements quotidiens avec le tram ou les bus. Et même si ils se disent déranger par la musique trop forte, des groupes de jeunes trop bruyants et si ils reconnaissent le manque de respect, ils se voient mal dénoncer ce type de comportement. Un argument les a fait tous réagir c'est le montant de l'amende de 160 euros pour une personne qui abime un siège.