Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Indre-et-Loire : 4.600 collégiens du public reviennent en classe ce lundi

-
Par , France Bleu Touraine

Une rentrée inédite se profile ce lundi dans les collèges tourangeaux. Deux mois de confinement sont passés par là. Il a fallu tout réorganiser, tout repenser, revoir les circulations. Et faire en sorte que tous les gestes barrières puissent être respectés, par les professeurs et les élèves.

Dans les collèges tourangeaux, il a fallu tout réorganiser, tout repenser, revoir les circulations
Dans les collèges tourangeaux, il a fallu tout réorganiser, tout repenser, revoir les circulations © Maxppp - Stéphanie Para

C’est donc une rentrée complètement inédite que vont vivre les enseignants de collège et tous les élèves qui ont choisi de retrouver le chemin de l’école ce lundi. La classe reprend dans les collèges tourangeaux, après plus de deux mois de confinement. Moins de la moitié des élèves de 6ème et 5ème dans les 54 établissements publics du département sont attendus en cours, soit précisément 4.600 collégiens (il y a aussi 17 collèges privés).

Et bien sûr, cette rentrée ne sera pas comme les autres, placée sous haute sécurité sanitaire. Avec des enseignants et des élèves masqués, des obligations de désinfection régulière du matériel et de multiples lavages de mains. 

Cela fait des semaines que Jacques Dassy, le principal du collège de Montlouis-sur-Loire, planche sur cette rentrée, qui a été minutieusement préparée. "J'ai très peu dormi. On travaille beaucoup. On est le matin aux premières heures dans l'établissement et on quitte rarement nos bureaux avant 19h/20h le soir". 

Tout a été compliqué à mettre en place - Le principal du collège de Montlouis

Car pour cette rentrée, tout a été compliqué, comme les commandes. Puisque tout le monde s’y est pris en même temps. "En ce qui concerne le gel hydroalcoolique, on s'y est pris dès les vacances de printemps, mais on en a reçu seulement en début de semaine dernière", détaille Jacques Dassy. "Pareil pour la rubalise dans la cour pour pouvoir mettre en place différentes zones, tout est compliqué". 

Il va falloir qu'on garde nos distances - Une professeur d'anglais de Tours

Réjane Provost, elle, a hâte de retrouver ses élèves : "ah oui ils m'ont manqué !" Cette professeur d’anglais au collège Anatole France à Tours sait que ce sera beaucoup plus facile de faire cours en face à face, même si les conditions ont changé. "Ça va être un peu particulier, car il va falloir qu'on garde nos distances. D'habitude on tourne dans la classe, on s'assoit à côté des élèves qui ont le plus de difficultés pendant que les autres travaillent. Là il faudra respecter le mètre de distance, donc ça va être un peu différent. Mais comme ce sera des petits groupes, ils pourront poser plus facilement des questions, on pourra répondre aussi plus individuellement, donc finalement ça va compenser". 

Elle dit n’avoir aucune appréhension, puisque pour elle, tout a été prévu pour que les gestes barrières puissent être respectés. 

Un autre challenge attend par ailleurs le principal du collège de Montlouis, si la reprise des cours pour les 4ème et 3ème est bien confirmée pour début juin. Cette nouvelle rentrée risque d’être elle aussi très complexe dit-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu