Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : des collégiens formés aux gestes de premiers secours

-
Par , France Bleu Touraine
Fondettes, France

A Fondettes, les élèves du collège Jean Roux apprennent à se servir d'un défibrillateur ou à stopper une hémorragie. Depuis les attentats de Paris, ces formations semblent être une priorité. Quatre français sur cinq ignorent encore les gestes de premiers secours.

© Maxppp

Au total, 150 élèves en classe de 4e du collège Jean Roux vont être formés tout au long de l'année. C'est indispensable explique Vincent Maupay, qui encadre ces formations. "Les massages cardiaques, l'utilisation d'un défibrillateur, ce sont des connaissances fondamentales, pas compliquées et qui peuvent sauver des vies."

On estime à 10 000 le nombre de personnes qui pourraient être sauvées chaque année, si tous les français maîtrisaient ces gestes.

Les attentats doivent nous faire prendre conscience de l'importance des gestes de premier secours pour aider les victimes", Vincent Maupay

Or, à l'heure actuelle, seul un français sur cinq est formé au secourisme. Un chiffre qui interpelle après les attentats de Paris, où de nombreuses personnes blessées ont eu besoin d'assistance.

Gabriel, 12 ans : "On aurait peut-être pu sauver des vies"

Adapter les formations de secourisme aux risques liés aux attentats

Pour Vincent Maupay, il faut que les formations aux gestes de premiers secours prennent en compte la prise en charge de personnes blessées dans des attentats. "Ce sont des blessures de guerre. Il faut que les gens soient prêts à leur venir en aide. Surtout que ça pourrait se reproduire..."

Le reportage au collège Jean Roux, à Fondettes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess