Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Indre-et-Loire : l'ébauche de la carte scolaire déjà connue

-
Par , France Bleu Touraine

Les premiers couperets sont tombés sur les écoles du département. L'Inspection d'académie a fait connaitre une première liste d'établissements où des fermetures de classes pourraient avoir lieu à la rentrée prochaine.

L'école de Sonzay pourrait perdre une classe à la rentrée prochaine
L'école de Sonzay pourrait perdre une classe à la rentrée prochaine - @GoogleStreetView

Indre-et-Loire, France

En Indre-et-Loire, l'Inspection d'académie envisage 17 ouvertures et 23 fermetures de classes dans les écoles maternelles et élémentaires du département. La première liste communiquée sera étudiée, et peut-être modifiée, lors d'une nouvelle réunion avec les syndicats lundi prochain. Mais en attendant, certains maires travaillent déjà leurs arguments pour empêcher à leur école de perdre une classe en septembre.

A Sonzay, peut-être bientôt une moyenne de 25 élèves par classe 

C'est le cas à Sonzay, 1400 habitants au nord-ouest de Tours. L'école du village pourrait passer de 7 à 6 classes, les élèves pourraient ainsi se retrouver à 25 par classe, mais le maire ne l'entend pas de cette oreille. La même menace pesait déjà sur cette école l'an dernier, mais Jean-Pierre Verneau avait réussi à l'éviter in extremis. "J'avais déjà tapé du poing sur la table parce que j'avais dit à la secrétaire de la préfète que si on fermait ma classe, je fermerais mon école. L'école, c'est un bâtiment public que je mets gratuitement à la disposition de l'Education nationale, donc _je ne vois pas pourquoi je vais continuer à mettre ce bâtiment à la disposition d'une institution qui ne remplit pas ses engagements_. Et je suis prêt à refaire la même chose cette fois ci"

Et de rappeler les difficultés inhérentes aux zones rurales._"J'ai déjà beaucoup de handicaps, si je veux par exemple emmener les enfants au théâtre ou pour une visite, donc il n'est pas question de rajouter un handicap en mettant 3 élèves de plus dans chaque classe_. En plus j'investis dans cette école, on me demande de faire une ventilation, je fais aussi de l'isolation phonique et thermique pour le confort des enfants, dont je veux bien qu'on me demande d'un côté mais il faut aussi qu'on me donne de l'autre"

A Neuvy-le-Roi, un sentiment d'incompréhension

A Neuvy-le-Roi, village de 1200 habitants tout au nord de Tours, le maire Patrick Cintrat ne comprend pas cette décision de l'Inspection d'académie, surtout que sa commune a été classée en ZRR, Zone de Revitalisation Rurale. "C'était d'ailleurs l'esprit de ce classement qui permet de donner de la souplesse quant aux effectifs des écoles pour maintenir des classes quand les effectifs sont en baisse. Il y a effectivement une baisse depuis 3 ans, mais ça ne devrait pas durer car on sent qu'il y a une aspiration d'un certain nombre de familles à venir habiter dans des territoires un peu plus reculés que des territoires péri-urbains. On a à disposition des terrains, on a un projet de lotissement, donc nous devrions dans quelques années qui viennent voir les effectifs remonter. Il n'est pas urgent de se précipiter pour supprimer une classe". Lui compte d'ailleurs apporter un certain nombre d'arguments à l'Académie pour la faire changer d'avis. Il espère être entendu.