Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : pas assez de place dans certaines écoles pour répondre aux demandes d'accueil d'enfants

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Tandis que ce lundi 25 mai, les CE1, CE2, CM1, petite et moyenne section de maternelle font aussi leur retour en classe après une interruption de plus de deux mois et demi, c'est compliqué à organiser dans certaines écoles où de nombreux parents demandent que leurs enfants soient accueillis.

Dans une salle de classe d'une école, des tables vides sont placées à côté des élèves afin de garantir le respect de la distanciation physique
Dans une salle de classe d'une école, des tables vides sont placées à côté des élèves afin de garantir le respect de la distanciation physique © Radio France - Jean-François Fernandez

Après les CP, les CM2 et les grande section de maternelle, c'est ce lundi 25 mai au tour des CE1, CE2 et CM1 de retourner à l'école. Seuls les parents qui le souhaitent peuvent mettre leurs enfants à l'école dans une limite de 15 élèves par classe. En Indre-et-Loire les écoles ont donc dû s'organiser pour accueillir encore plus d'élèves tout en respectant le protocole sanitaire pour limiter les risques de contamination au Covid 19. 

A Pernay seuls les enfants dont les parents ont des professions dites "prioritaires" vont à l'école

Un casse tête pour le maire de Pernay, commune de 1.350 habitants au nord de Tours. L'école qui accueille habituellement 200 enfants a d'abord dû accueillir depuis le 16 mars les enfants de soignants, puis les CP et les CM2 le 12 mai. Mais après deux semaines d'expérimentation le maire Jean-Pierre Péninon a fait machine arrière. Impossible selon lui d'accueillir autant d'enfants compte tenu de la taille et de la configuration de l'école. Il a donc décidé de n'accueillir à nouveau que les enfants de familles dont les parents ont des professions dites "prioritaires". Ils sont déjà une cinquantaine. 

"Sur notre schéma de reprise (des CP, CM2 et grande section de maternelle), il y avait 61% des parents qui souhaitaient remettre leurs enfants à l'école ce qui représentait pour nous un accueil de 120 à 130 enfants" explique le maire. Mais "la réalité de terrain" et des points quotidiens ont montré qu'il était selon lui difficile de faire respecter le protocole sanitaire avec autant d'enfants dans l'école. "Localement, il m'est difficile d'appliquer le schéma de reprise mais j'essaie d'appliquer au moins le minimum à savoir l'accueil des enfants dont les parents ont une profession dite prioritaire" a finalement décidé le maire qui va pousser la jauge des accueils jusqu'à 70 début juin. Pour lui impossible d'aller au delà. 

A l'école Rabelais de Tours, pas assez de places pour de très nombreuses demandes des parents

A l'école Rabelais à Tours, la situation est particulièrement tendue car de très nombreux parents veulent remettre leurs enfants à l'école mais celle-ci est trop petite pour accueillir tout le monde tout en respectant le protocole sanitaire. Les parents d'élèves demandent à ce que les enfants puissent être répartis dans d'autres écoles de la ville où il y a moins d'élèves ou dans des centres de loisirs par exemple.

Le contexte professionnel fait qu'ils n'ont pas le choix et ne peuvent pas garder plus longtemps leurs enfants

Gwenael Giboire est le père d'une petite fille en CE2 et représentant FCPE 37, selon lui début mai, 180 parents avaient répondus vouloir remettre leur enfant à l'école sur les 280 accueillis habituellement. "Il y a une forte sollicitation des parents" constate-t-il. Des parents inquiets car "le contexte professionnel fait qu'ils n'ont pas le choix et ne peuvent pas garder plus longtemps leurs enfants" détaille Gwenael Giboire.

La ville de Tours dit avoir entendu ces demandes et examine les solutions pour pouvoir accueillir ces enfants en respectant le protocole sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess