Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Interdiction du portable en classe : députés et sénateurs s'accordent sur le texte définitif

jeudi 19 juillet 2018 à 7:34 Par Pierre Emparan et Frédéric Chapuis, France Bleu

Députés et sénateurs se sont mis d'accord dans la nuit de mercredi à jeudi sur la proposition de loi visant à interdire les téléphones portables à l'école et au collège dès la rentrée prochaine. Le texte sera adopté définitivement par les parlementaires à la fin du mois.

Collégiens avec leur portable en classe
Collégiens avec leur portable en classe © Maxppp - JEAN MICHEL MART

Les parlementaires sont tombés d'accord dans la nuit de mercredi à jeudi, sur la version définitive du texte prévoyant l'interdiction du téléphone en classe dès septembre prochain. La proposition de loi interdit l'usage de tout objet connecté, dans les écoles et collèges, avec des exceptions "pour des usages pédagogiques" ou les enfants handicapés. Le Sénat a obtenu que l'interdiction (sans obligation) puisse être étendue aux lycées par la voie du règlement intérieur.   

"La loi va aussi apporter une sécurité juridique aux établissements, notamment sur le sujet des confiscations", a aussi fait valoir le ministre Le  de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer au Sénat il y a deux jours.  Le Code de l'éducation interdit, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables "durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur". Mais le ministre a défendu le besoin "d'une base juridique beaucoup plus solide", alors que près de neuf jeunes sur dix de 12 à 17 ans (86%) possèdent un smartphone en France.