Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Issoudun : les parents d'élèves de l'école des Bordes manifestent en musique contre la fermeture d'une classe

-
Par , France Bleu Berry

La nouvelle carte scolaire de l'Indre entraîne la suppression d'un poste d'enseignant aux Bordes (Indre). Une classe pourrait disparaître à la rentrée prochaine en raison du trop faible nombre d'élèves. Les parents sont allés recueillir le soutien des passants sur le marché d'Issoudun.

Les parents d'élèves de l'école des Bordes ont installé leur stand sur le marché d'Issoudun, accompagnés par le musicien indrien Ziako.
Les parents d'élèves de l'école des Bordes ont installé leur stand sur le marché d'Issoudun, accompagnés par le musicien indrien Ziako. © Radio France - François Chagnaud

Les parents d'élèves de l'école des Bordes montent au créneau car un poste d'enseignant est menacé à cause de de la nouvelle carte scolaire de l'Indre. En raison de la baisse du nombre d'élèves, la direction académique du département a décidé de supprimer un poste d'enseignant dans la petite école maternelle et primaire pour le transférer dans un autre établissement du département. Une classe pourrait donc disparaître. Et une classe à trois niveaux scolaires devra voir le jour à la rentrée prochaine pour compenser ce départ. 

L'école au coeur du village 

Les Bordes compte 895 habitants et pour certains, comme Joëlle Chicot, ce petit établissement est le théâtre d'une longue histoire familiale. "Je suis allée à l'école aux Bordes. Ma mère également, ma fille aussi et puis maintenant mes deux petites-filles y étudient", raconte la septuagénaire. Comme la dizaine de parents d'élèves présents ce samedi matin, elle arbore un t-shirt "Non à la suppression d'un poste". 

Il y a ces souvenirs, la symbolique et l'attachement à cette école. Mais surtout les inquiétudes concrètes pour l'avenir des enfants, comme celles de Sagia El Hachimi, une maman d'élève très investie. Elle porte le même uniforme que ces compagnons d'infortune. Armée d'une pétition et d'un stylo, elle passe d'un client du marché à un autre pour recueillir les signatures. Cette mère d'élève très investie n'en est pas à son coup d'essai.  Les parents d'élèves des Bordes s'étaient déjà mobilisés plusieurs fois depuis le mois de février. 

Au total, les pétitions virtuelles et physiques ont recueilli plus de 600 signatures. Un signal encourageant, mais les craintes demeurent. "Nos enfants vont se retrouver dans des classes où ils vont devoir être très autonomes, certainement livrés un peu plus à eux mêmes. Avec un accompagnement moins individuel. Ma petite de CE1 ne veut pas perdre sa maîtresse ou son maître. Pour eux c'est injuste, c'est sûr, et c'est violent", déplore cette maman de deux élèves de l'école des Bordes. 

Bras de fer avec le DASEN 

La maire du village Carole Vitte était également présente sur le marché d'Issoudun pour apporter son soutien. Il y a déjà plusieurs mois que l'élue a engagé un bras de fer avec le DASEN de l'Indre Jean-Paul Obellianne. Elle déplore le fonctionnement mécanique de la carte scolaire, qui déplace les professeurs d'un établissement à l'autre au gré des effectifs d'élèves. Aux Bordes, il baisse chaque année. Jusqu'à la réforme de la carte scolaire 2021, Les Bordes comptait une moyenne de 19 enfants par classe. La suppression d'un poste pourrait la faire grimper à 22. 

Au delà des pétitions, des mobilisations et des interpellations, l'édile croit encore en une voie de recours. "Il est prévu un recomptage du nombre d'élèves, je mise beaucoup là dessus. Cinq élèves de toute petite sections qui vont faire leur rentrée à l'école. Ces cinq élèves, il va bien falloir que l'enseignant s'en occupe, ce ne sont pas des élèves fantômes ! Nous sommes conscients que nos difficultés ne sont pas les mêmes que celles des villes. Mais elles restent peu prises en compte dans le calcul. On reste sur un calcul purement mathématique, et c'est dommage", souligne Carole Vitte. 

Aux Bordes, tous craignent que la fermeture d'une classe amorce à terme celle de l'école, puis la perte de vitesse généralisée d'un petit village de l'Indre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess