Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je gagne 686 euros par mois en travaillant du lundi au vendredi", Céline AVS à Saint-Etienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Alors que tous les députés de l’opposition demandent à ce que le statut d'AVS (Auxiliaire de vie scolaire) et AESH (Accompagnants des Élevés en Situation de Handicaps) soit mieux reconnu, une proposition de loi n’a pas été retenue à l’Assemblée.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Alexandre MARCHI

Les AVS ou AESH ce sont ces personnes qui aident les enfants handicapés dans les écoles, les collèges ou les lycées. L'ensemble de l'opposition des Républicains à la France Insoumise a soutenu une proposition sur "l'inclusion des élèves en situation de handicap".

C’est une honte, nous n’avons même pas pu défendre notre proposition, Dino Cinieri, député les Républicains de la Loire

Mais cette proposition de loi n'a pas été retenue à l'Assemblée Nationale. Le but était de rendre moins précaire ces métiers. Le député de la Loire Dino Cinieri est en colère :  "Il faut se mettre à la place de l’enfant qui est handicapé et qui a une AVS et on lui change chaque année, résultat il perd tous ses repères !" avant d’ajouter : "Nous quand nous déposons des amendements c’est pour être constructif pour le bien-être de ces enfants et tout cela est balayé d’un revers de main par la majorité" conclu-t-il énervé. 

Un métier très précaire  

La plupart des AVS ont des contrats d'une vingtaine d’heures par semaine payés au smic et renouvelable d’années en années. Conséquence beaucoup se retrouvent à vivre sous le seuil de pauvreté. C'est le cas de Céline (nom d'emprunt) elle travaille dans une école à Saint-Etienne. Elle est AVS depuis 3 ans :"Je travaille 24 heures par semaine, mais pas pendant les vacances scolaires, résultat à l’année j'ai l’équivalent de 57% d’un temps plein". 

Céline gagne 686 euros par mois et avec ces horaires du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30, il est difficile pour elle de trouver un autre emploi : "J’arrive à donner quelques cours de soutien scolaire, mais je ne me fais jamais de gros mois !" Avant de conclure : "Même si j’aime mon travail si je trouve un autre emploi ailleurs à plein temps et en CDI,c’est sûre j’y vais ! » 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess