Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je me scarifiais, je voulais en finir", témoigne une ancienne élève du collège de Carbonne, près de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Une ancienne élève du collège de Carbonne, en Haute-Garonne a été harcelée. Aujourd'hui elle a 19 ans, elle tente de se reconstruite et elle a accepté de témoigner (de manière anonyme) de son calvaire. Pour ne pas que d'autres acceptent de subir ce qu'elle a vécu.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Lionel VADAM

France Bleu Occitanie vous avait raconté l'histoire de ce collégien de Carbonne (en Haute-Garonne) aidé par Brigitte Macron. Il avait été harcelé dans l'établissement André Abbal et suite à l'intervention de la première Dame il avait changé de collège. L'académie de Toulouse parle d'un cas "exceptionnel" et "incompréhensible" mais pourtant les affaires de harcèlement ne semblent pas marginales dans cet établissement. Ainsi, suite à notre premier reportage, une  jeune femme de 20 ans a accepté de raconter (en restant anonyme) son calvaire dans ce même établissement.

"Ils m'insultaient tous les jours"

Elle a été harcelée pendant quatre ans. D'abord par des garçons puis par son propre groupe d'amis. C'étaient des insultes, des brimades. "Mes amis ont commencé à me tourner le dos, à parler sur moi, à se moquer de moi. Pendant que j'attendais le bus ils me poussaient à côté des casiers, ils me criaient dessus". Une amie l'appelle aussi "jusqu'à 3h du matin, me disant que j'étais nulle que je ne servais à rien". 

Elle poursuit : "Je me scarifiais, je voulais en finir". Mais sa mère fouille dans son téléphone, découvre des messages terrifiants et parvient à la faire sortir de son silence, car la jeune fille ne disait rien, persuadée que "(ses) amis avaient raison, que je ne valais rien". Avec sa maman, elles vont voir la direction de l'établissement, qui propose le suivi d'une assistante sociale. La jeune adolescente accepte et tient le choc car il reste peu de temps avant le lycée. Elle choisit de poursuivre sa scolarité en 2nd à Saint-Girons, en Ariège, pour ne pas avoir à croiser ses harceleurs.  

"Je ne me regarde plus dans un miroir"

Mais ce n'est pas facile de se sortir de ces années d'humiliation.  "Je ne méritais pas ça, j'avais rien fait de mal. 'Mes agresseurs m'ont détruite. Je ne me regarde plus dans un miroir, je ne me prends pas en photo, je ne m'aime pas du tout. Je n'ai pas du tout confiance en moi," dit-elle les larmes aux yeux.

Aujourd'hui elle est en alternance en BTS sanitaire et social et c'est une forme de revanche : "Pour ne pas que ça n'arrive aux autres, j'aide les autres, j'empêche les autres de souffrir. Car on n'a pas le droit de faire souffrir les gens". La jeune femme est aussi réserviste et rêve d'intégrer l'armée de terre d'ici un an ou deux. 

Une conférence pour dire stop au harcèlement scolaire ce vendredi à Toulouse 

D’après les chiffres de l’Unicef, un élève sur dix est aujourd’hui victime de harcèlement scolaire en France, soit 700 000 enfants et adolescents. L’association Halt’Hamo organise une conférence vendredi  31 janvier à 19h à la salle San Subra (2 Rue Sans Subra) pour prévenir et informer sur ce phénomène. Elle s'intitule "Stop au harcèlement scolaire : Mieux informer pour mieux prévenir". Inscription au 0 6 41 49 33 17.

Ecouter le reportage de France Bleu Occitanie 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu