Éducation

« Je me suis assuré car on n'est jamais à l’abri d’une agression » : un professeur du Territoire de Belfort

Par Sébastien Germain, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 13 octobre 2015 à 8:14

Yves Feurtey, Unsa Education
Yves Feurtey, Unsa Education - Sébastien Germain

Plus d'un enseignant sur 2 souscrirait à une assurance selon le journal « Aujourd'hui en France ». Des assurances en cas d'incident avec les élèves et les parents.

Yves Feurtey est responsable régional et du Territoire de Belfort d'UNSA Education. Il a pris une de ces assurances spécifiques. Elles permettent d’aider les enseignants en cas d’agression d’un élève ou d’un parent.

« On craint les parents »

Yves Feurtey nous explique que « les incidents viennent généralement des parents, on les craint plus que les élèves. La judiciarisation des petites affaires est rentrée au sein de l’éducation nationale. On essaie d’abord de régler le problème par le dialogue mais quand les difficultés persistent et que des parents portent plainte il faut être assuré ».

« L’assurance nous protège »

Pour Yves Feurtey il y a différentes agressions, des agressions physiques ou verbales : « une petite affaire peut rapidement dégénérer. On a surtout besoin de cette assurance pour se rassurer. »

3 questions à Yves Feurtey