Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Jean-Michel Blanquer annonce un "plan ultra volontariste" contre le décrochage scolaire pour septembre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Jean-Michel Blanquer a annoncé ce lundi un "plan ultra volontariste" pour la rentrée de septembre contre le décrochage scolaire qui concernait 4% des élèves à la fin du confinement. Le ministre de l'Éducation nationale était l'invité de France Inter.

Jean-Michel Blanquer le 2 juin 2020
Jean-Michel Blanquer le 2 juin 2020 © AFP - Anne-Christine POUJOULAT

Alors que l'école est redevenue obligatoire ce lundi 22 juin avec un nouveau protocole sanitaire, Jean-Michel Blanquer a été interrogé sur le décrochage scolaire

Invité de France Inter, le ministre de l'Éducation nationale a annoncé un "plan ultra volontariste" pour la rentrée de septembre contre le décrochage scolaire qui concernait 4% des élèves à la fin du confinement, c’est-à-dire "autour de 500 000 élèves".

Le rattrapage "concerne potentiellement tous les élèves"

Et de préciser : "Au début du confinement c'était 8%, en fin de confinement, c'est à dire au 11 mai c'était 4%, grâce au travail de contact avec les familles qui a été accompli, par exemple par les directeurs d'école, les chefs d'établissement, tous les acteurs. Tout le monde a mouillé sa chemise pour essayer. C'est comme cela que la France a un taux de décrochage, le meilleur ou le moins mauvais si je puis dire d'Europe."

La nécessité du rattrapage à la rentrée de septembre, "ça concerne potentiellement tous les élèves", a souligné Jean-Michel Blanquer. "Il y aura des évaluations de début d'année. Pour le CP et CE1, on a déjà fait ça ces dernières années. En sixième, on va avoir une évaluation particulièrement robuste dans son contenu, notamment pour le français et les mathématiques, de façon à déclencher ensuite de l'aide personnalisée. Nous discutons de cela avec les organisations représentatives, avec l'ensemble du milieu de l'Éducation nationale".

"On essaye d'appliquer" le mètre de distanciation

"On essaye d'appliquer" le mètre de distanciation dans les écoles mais cela "ne doit pas faire obstacle au fait d'avoir tous les enfants dans la classe", a déclaré Jean-Michel Blanquer.

Interrogé sur le fait que les professeurs n'avaient pas à faire respecter le mètre de distanciation si cela n'était pas possible dans les classes, le ministre a répondu : "Exactement. Mais on essaye de l'appliquer. On va jusqu'au bout de la possibilité. Si le Haut conseil nous a ouvert cette possibilité, c'est parce que les études permettent de voir que les enfants de moins de 10 ans sont vraiment peu contagieux, même si je m'aventure peu sur le terrain strictement scientifique".

Le décret paru ce lundi au Journal officiel indique que la distance d'un mètre s'applique "dans la mesure du possible".

90% des professeurs présents

"On estime qu'on va avoir à peu près 90% des professeurs" dans les établissements ce lundi, "c'est une estimation, on le saura ce soir", a précisé le ministre de l'Education.

Et Jean-Michel Blanquer de préciser que "les 10% restants peuvent s'expliquer par des problèmes de santé ou d'autres problèmes attestés". Du côté des élèves, "l'objectif est clair et net", c'est d'accueillir "100% des écoliers et des collégiens", a dit le ministre.

"La situation est imparfaite"

Au sujet du retour à l’école pour tous les élèves et collégiens à partir de ce lundi, Jean-Michel Blanquer a déclaré : "Nous savons tous que la situation est imparfaite. Elle l'est d'ailleurs dans tous les pays concernés par le confinement. La France est un des pays qui d'ailleurs fait le plus en matière de déconfinement scolaire".

Et le ministre de l’Education nationale d'ajouter : "Deux semaines de cours (…) bien sûr que ça compte chaque jour, chaque heure de cours compte", a ajouté le ministre. Pour lui, il y a aussi "une sorte de retour d'expérience à faire avec les élèves" et "aussi une forme de consolidation et de préparation à ce qui les attend pour l'année prochaine".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu