Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Michel Blanquer interdit l'écriture inclusive à l'école

-
Par , France Bleu

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a fait parvenir une circulaires aux rectorats d'académie pour interdire l'écriture inclusive, qu'il juge trop complexe.

Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée nationale
Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée nationale © Maxppp - Thomas Padilla

Jean-Michel Blanquer interdit l'écriture inclusive à l'école. Le ministre de l’éducation précise dans une circulaire envoyée aux rectorats les règles à suivre pour le corps enseignant. Interdiction par exemple d'utiliser le point médian, qui ajouté à la racine d’un mot permet d’inclure le féminin et le masculin. Il se prononce en revanche pour la féminisation des métiers (un professeur, une professeure) et l'usage de formulations neutres, par exemple "les droits humains" plutôt que "les droits de l’Homme". 

Si l'égalité entre les filles et les garçons doit être "construite, promue et garantie par l'École de la République", elle doit se faire notamment par "la formation de l'ensemble des personnels et la transmission d'une culture de l'égalité" selon le ministère et passe également par la promotion et l'usage de la féminisation de certains termes. Mais cette recherche d'égalité ne doit pas pénaliser les élèves par le recours à l'écriture inclusive "dont la complexité et l'instabilité constituent autant d'obstacles à l'acquisition de la langue comme de la lecture".

Lutter contre les stéréotypes

L’écriture inclusive est un « péril mortel » pour la langue française estimait déjà l’académie française en octobre 2017. Une position rappelée dans la circulaire. Selon le ministère, l'écriture inclusive "est non seulement contre-productive" à l'heure de la lutte contre les discriminations sexistes, "mais nuisible à la pratique et à l'intelligibilité de la langue française". La circulaire rappelle donc que la conformité aux règles grammaticales "est de rigueur" dans les enseignements, rejetant par exemple l’accord de proximité, c’est-à-dire c’est le sujet le plus proche de l’adjectif qui l’emporte, par exemple, les hommes et les femmes sont belles, trop déconcertant pour les élèves juge le ministre.

Le ministère préconise toutefois l'usage de la féminisation des métiers et des fonctions et suggère que "le choix des exemples ou des énoncés" en classe "doit respecter l'égalité entre les filles et les garçons, tant par la féminisation des termes que par la lutte contre les représentations stéréotypées".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess