Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'AG de l'université Rennes 2 vote pour la poursuite du blocage sur le site

lundi 30 avril 2018 à 19:27 Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique

La prolongation du blocage de Rennes 2 a été votée ce lundi après-midi lors d'une assemblée générale. Le blocus est donc prolongé jusqu'au lundi 7 mai, 12 h 30. Près de 1 000 personnes étaient présentes pour le vote, une mobilisation en baisse mais toujours aussi forte.

À cause de la pluie, l'assemblée générale s'est tenue à Érève, dans le bâtiment du Resto U. Près de 1 000 personnes étaient présentes
À cause de la pluie, l'assemblée générale s'est tenue à Érève, dans le bâtiment du Resto U. Près de 1 000 personnes étaient présentes © Radio France - Alexandre Frémont

Rennes, France

La poursuite du blocage de l'Université de Rennes 2 a été votée, à l'unanimité, lors d'une assemblée générale ce lundi après-midi. Avec les vacances, il y avait forcément beaucoup moins de monde présent sur le campus de Villejean à Rennes. Ils étaient près de 1 000 étudiants pour voter. Le site est donc de nouveau bloqué jusqu'à la prochaine AG le 7 mai prochain à 12 h 30. Une mobilisation largement en baisse comparée aux dernières assemblées. Avec toutes les évacuations de facs ces dernières semaines, la mobilisation qui diminue et une potentielle menace d'intervention policière sur le site de Rennes 2, le mouvement semble s'essouffler.

Une mobilisation en AG qui s'essoufle

Pour Adrien, un anti-blocus, en deuxième année de Lettres à Rennes 2, c'est clairement le cas. "Il y a les vacances donc je pense qu'on voit les vrais motivés comparé à ceux qui étaient là pour le côté festif". Valentin est du même avis. Lui aussi est en deuxième année de licence en Lettres et contre le blocage. Pour lui, le fait que les facs se débloquent peut aussi bien aider les bloqueurs comme les desservir : "Ça peut à la fois démotiver certains mais ça peut aussi en remotiver d'autres pour intensifier la lutte. Avec les grandes vacances qui arrivent, on peut se dire légitimement, comme avec la loi travail que le mouvement va diminuer". Du côté des pro-blocage, comme Soraya en L2, au contraire, le mouvement reste fort. De nombreux facteurs font que la mobilisation était moins importante ce lundi.  "Il y a eu les vacances, le week-end prolongé, le temps aussi joue beaucoup parce qu'on a du se mettre à l'intérieur et donc potentiellement proposer moins de places. On arrive pas, dans ces conditions à faire une AG comme il y a deux ou trois semaines"

On peut même se demander s'il n'y a pas un peu de fierté d'être l'une des dernière fac bloquée, avec celle de Toulouse, en France. Mais c'est une autre fierté pour Soraya. "La fierté plutôt, ce serait que le mouvement s'étende réellement et que l'on obtienne réellement des choses derrière. Comme l'abandon de la réforme Parcoursup par exemple. La fierté, c'est de motiver davantage de gens en fait", détaille-t-elle.

Quand on entend ceux qui sont contre le blocage, dire qu'on est là seulement pour passer le temps et que la plupart des bloqueurs sont là parce qu'ils n'ont pas travaillés de l'année et que du coup ils essayent de repousser ou d'annuler leurs examens... C'est faux !" Soraya, favorable au blocage

Les examens menacés 

Le blocage de l'Université Rennes 2 avait poussé le président de la fac, Olivier David, de décaler la date des examens, qui devaient se tenir cette semaine. Avec ce vote pour la poursuite du blocus, la tenue de ces examens est encore plus menacée. On a donc d'un côté, les anti-bloqueurs, qui ont peur de ne pas avoir du tout d'examens.. c'est le cas de Daniela, qui doit passer ses examens pour devenir prof d'allemand : "Il y a toute une génération, à l'université, qui ont vraiment travaillé pour passer les concours, pour devenir professeur de langue par exemple, commence-t-elle. Ce sont eux qui sont touchés, c'est leur avenir qui est touché. _L'université reste pour moi un endroit de libre expression. On est pris en otage là je trouve_"

Ecoutez la réaction de Daniela, contre ce blocus à Rennes 2 et inquiète pour ses examens

De l'autre, les pro-blocus, dont Soraya fait partie. Elle aussi est préoccupée par ses partiels mais pour elle, c'est la lutte contre la réforme Parcoursup qui compte : "Quand on entend ceux qui sont contre le blocage, dire qu'on est là seulement pour passer le temps et que la plupart des bloqueurs sont là parce qu'ils n'ont pas travaillés de l'année et que du coup ils essayent de repousser ou d'annuler leurs examens... C'est faux, s'emporte Soraya. On a autant travaillé que les autres, moi aussi j'aimerais passer mes examens, moi aussi j'aimerais avoir mon année. C'est juste que moi je suis dans la lutte et la question des examens, je la comprends comme eux mais d'un autre point de vue"

Ecoutez la réaction de Soraya, favorable au blocage, qui pense que la lutte pour l'avenir passe avant tout

Les étudiants ont voté également plusieurs points : demander plus de communication de la part de la présidence de Rennes 2, appliquer la notation du "10 améliorable", c'est-à-dire de mettre une note de 10/20 par les professeurs à tous les élèves, voir plus ou encore d'ouvrir certains bâtiments pour certaines occasions.