Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'école de l'Hippodrome, à Pau, perd une classe malgré la mobilisation

vendredi 14 septembre 2018 à 9:04 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn

La troisième classe de l'école maternelle de l'Hippodrome, à Pau, ne rouvrira pas. Cela fait une semaine que les parents occupent l'école, ils avaient jusqu'à ce jeudi pour trouver sept élèves supplémentaires. Le compte n'y est pas selon l'inspection académique et les parents.

Les parents à la sortie de l'inspection académique ce jeudi
Les parents à la sortie de l'inspection académique ce jeudi © Radio France - Axelle Labbé

Pau, France

L'école maternelle de l'Hippodrome, à Pau, restera à deux classes. Les parents, qui occupent l'école nuit et jour depuis une semaine, avaient jusqu'à ce jeudi pour trouver sept élèves supplémentaires et arriver à 68 enfants inscrits pour garder la troisième classe. C'est fait, assurent-ils, des tout-petits, c'est à dire des moins de 3 ans, ont été inscrits. Sauf que la mairie de Pau n'a pas validé ces dossiers, parce que ces enfants sont déjà inscrits en crèche. Résultat : le compte n'y est pas, il manque quatre élèves.

On se demande si on ne nous mène pas en bateau - Un parent d'élève

Après deux heures de réunion avec l'inspecteur d'académie hier soir, Emmanuel Masini, le père de Pauline, élève de petite section, est "plus que déçu. On est frustré.  Dans le meilleur des cas, on a été entendu mais en retour on nous a laissé penser des choses qui manifestement n'étaient pas du tout le fond de leur pensée. _Il y a eu de la communication, mais de la compréhension pas du tout_. Alors on est frustré et on se demande si on ne nous mène pas en bateau. On est des électeurs, des citoyens comme les autres. On nous a dit qu'on voyait les choses de manière beaucoup trop passionnelle et pas très objective, je pense qu'on a des éléments très objectifs, donc il faut qu'on obtienne des explications. Donc tant qu'on aura pas d'explications, en particulier des services municipaux, on n'en restera pas là".

Il y aura donc 32 élèves par classe dans cette maternelle. Un effectif élevé, reconnaît l'inspecteur d'académie, mais rien n'empêche les parents d'envoyer leurs enfants à l'école des Lilas toute proche explique Pierre Barrière : "il y aura 64 élèves uniquement si aucune famille ne souhaite bénéficier de conditions plus satisfaisantes et plus confortables. A l'école des Lilas, il y a trois classes et 71 élèves, si trois ou quatre élèves viennent en plus, on sera à peine à 25 élèves par classe. _Ça n'est pas un départ vers des cieux extrêmement lointain_, c'est parfaitement envisageable". 

Pour l'année prochaine, Pierre Barrière envisage de mettre en réseau la maternelle de l'Hippodrome avec celle des Lilas. Pour compenser la fermeture cette classe à l'école maternelle de l'Hippodrome, la mairie propose un demi poste d'atsem, les assistantes, supplémentaire.