Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'école Espérance banlieues de Reims doit chercher un nouveau lieu

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La mairie de Reims a tranché ce mardi : elle accepte l’extension de l’école élémentaire Barthou dans les locaux actuellement occupés par Espérance banlieues. Par conséquent, l’école hors contrat doit partir d’ici la rentrée prochaine.

Le cours Colibri d'Espérance banlieues n'aura passé qu'un an à l'école Barthou
Le cours Colibri d'Espérance banlieues n'aura passé qu'un an à l'école Barthou © Radio France - Thomas Coignard

Reims, France

C’est l’épilogue d’une affaire qui a suscité beaucoup de polémiques à Reims : la mairie accepte l'extension de l'école élémentaire Barthou, école publique, sur l'ensemble du bâtiment. Du coup, il n'y a plus de place pour le cours Colibri d'Espérance Banlieues.   

Cette école hors contrat, réputée proche des milieux traditionalistes, avait déjà connu un coup d'arrêt quand le tribunal administratif avait résilié, pour un problème de forme, le contrat de location qui la liait à la mairie. Mais elle pouvait déposer une nouvelle demande pour rester à l'école Barthou.  C'est donc définitivement terminé. 

Un besoin de place

L'école publique a besoin de place pour  le dédoublement des CP et CE1 à la rentrée prochaine, tel qu’il est pratiqué en Zone d’éducation prioritaire.  Alix Pelletreau, la directrice du cours Colibri, ne cache pas sa déception. Elle reconnait qu’il lui faut trouver très rapidement un nouveau lieu d’accueil, ce qui s’annonce difficile : "l’école peut fermer, c’est une éventualité à franchement envisagée. Ca ferait surement plaisir à certaines personnes, mais je ne sais pas si c’est le bon combat, celui de l’instruction ». 

Cette décision de la mairie a-t-elle à voir avec le besoin de sortir d'une situation devenue très sensible et compliquée ? Pas du tout, répond Véronique Marchet, première adjointe au maire, déléguée à l'éducation : « on ne va pas re polémiquer sur ce sujet là. Le fait d’avoir loué des locaux à Espérance banlieues, c’est parce que nous avions des locaux disponibles. Aujourd’hui, la situation n’est plus la même que l’année dernière ». 

Cette année, à Reims, le cours Colibri d'Espérance Banlieues  a accueilli sept élèves. Il annonce une vingtaine de pré inscriptions pour la rentrée prochaine, à condition de trouver un nouveau lieu d'accueil, en quelques semaines.