Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'école Saint-Joseph de Belfort forme ses enseignants à l'éducation bienveillante

mercredi 28 novembre 2018 à 18:01 Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

Alors que les députés étudient ce jeudi une proposition de loi contre les "violences éducatives ordinaires", notamment les fessées, l'école Saint-Joseph de Belfort vient justement de former ses enseignants à l'éducation bienveillante.

Les enseignants et les personnels ont été formés pendant une journée
Les enseignants et les personnels ont été formés pendant une journée © Radio France - Emilie Pou

Belfort, France

Accueillir les émotions de l'enfant, ne jamais utiliser des mots qui peuvent blesser ou humilier, être dans l'empathie. Voilà quelques uns des principes de l'éducation positive. Une philosophie qui vient d'être enseignée pendant deux jours aux personnels, enseignants et Atsem (agent spécialisé des écoles maternelles), de l'école Saint-Joseph de Belfort, sur la volonté de la directrice, convaincue des bienfaits de cette philosophie. 

"Ça ne veut pas dire être laxiste"

Selon la formatrice, Anne Férot-Vercoutère, cette éducation bienveillante ne veut pas dire être laxiste: "au contraire, c'est le cadre et l'empathie. Vous pouvez dire clairement à un enfant ce que vous attendez de lui, et le rendre acteur de cette décision et puis surtout il faut _accueillir ses émotions_. Plus vous lui direz arrête de crier, plus il criera. Au contraire, si vous nommez l'émotion en disant ah j'ai l'impression que tu es en colère, il se calmera car il aura été entendu. "

Des classes plus calmes? 

Pour elle, cette philosophie peut se transmettre même à une classe de 30 enfants: "Si, à un moment donné, vous vous occupez de la colère d'un enfant avec bienveillance en nommant son émotion, les autres regarderont et par l'exemple, ils reproduiront cette façon de faire et cette empathie entre eux. Et au final la classe sera plus calme avec des enfants moins agités et plus respectueux". 

Nous formons les citoyens de demain

Hélène Mathieu est institutrice stagiaire à l'école Saint-Joseph, et elle est convaincue des effets de toutes ces idées: "Nous formons ainsi les citoyens de demain. C'est notre travail aussi de leur faire prendre conscience qu'il y a tout un panel d'émotions et de mots pour les exprimer. C'est comme ça qu'on grandit".