Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Avoir 20 ans en 2021

"L'éducation est déshumanisée" : Sadek, un étudiant de la Loire, appelle à la réouverture des facs

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Nouvelle journée de mobilisation devant les facs ce mercredi 20 janvier pour demander la réouverture des facs. Un étudiant originaire de la Loire, Sadek Séhan, lance une pétition en ce sens.

Les étudiants de première année de fac vont pouvoir revenir sur les bancs de l'université dès le lundi 25 janvier, en demi-groupes pour des travaux dirigés.
Les étudiants de première année de fac vont pouvoir revenir sur les bancs de l'université dès le lundi 25 janvier, en demi-groupes pour des travaux dirigés. © Radio France - Alexis Morel

Privés de cours sur les bancs de la fac depuis octobre, les étudiants ne voient pas le bout du tunnel. Ils sont 80% à rencontrer des difficultés pour mener à bien leurs études, d'après un sondage Odoxa pour France Bleu. Invité de France Bleu Saint-Étienne Loire, Sadek Séhan, étudiant à Lyon 3 originaire de Saint-Chamond. Avec le collectif "Les étudiants de la République", il a lancé une pétition pour demander la réouverture complète des universités.

L'interview de Sadek Séhan, étudiant originaire de la Loire.

France Bleu Saint-Étienne Loire : dès lundi, les étudiants de première année de fac vont pouvoir assister à des travaux dirigés par demi-groupe. Cela vous paraît suffisant ?

Sadek Séhan : Clairement ça ne va pas assez loin. Il y a des étudiants en master, en deuxième année, en troisième année, qui se suicident. Oui, c'est un bon début, mais ça n'est pas suffisant. Les études à distance, c'est pas la fac. La fac c'est avant tout des échanges avec les professeurs, apprendre à vivre en communauté.

Est-ce que vous avez l'impression de manquer de suivi ?

Avec nos professeurs. D'accord il y a le mail, mais le dialogue manque, comme l'humain. On a l'impression que l'éducation est déshumanisée.

Les conditions de vie à côté des cours sont très compliqués, entre ceux coincés dans leur chambre universitaire et ceux obligés de rester chez leurs parents. Comment ça se passe pour vous ?

Je vis à Saint-Chamond, quand je travaille chez moi, je suis avec mon frère dans ma chambre. Mais je ne me plains pas, j'ai des amis qui vivent dans 8, 9 mètres carrés, ils ont perdu leur job étudiant, et ils ne peuvent pas vivre sereinement.

Le député de la Loire Régis Juanico se prononce pour un RSA pour les moins de 25 ans. Cela vous semble une bonne idée ?

Si cela peut améliorer la situation des étudiants, oui, mais c'est plus qu'un problème de précarité : les étudiants précaires demandent de gagner plus, oui, mais surtout de pouvoir retourner en cours. On ne se sent pas pris en considération. Surtout quand notre ministre parle de bonbons ou de sandwichs sur les tables, c'est choquant. On est des jeunes citoyens, on a prouvé qu'on était civilisés, qu'on respectait le confinement, et aujourd'hui on veut qu'on nous fasse confiance, et retourner à la fac.

Plusieurs manifestations sont prévues partout en France aujourd'hui, et demain à Saint-Étienne devant le Crous. Vous allez y participer ?

Oui, j'invite tous les étudiants à y participer, mais au-delà des manifestations, il y a d'autres actions. Ce vendredi, à Lyon 3, on va s'habiller en noir et blanc, et on va aller à la BU pour manifester, tout en respectant les gestes barrières. Sachant que c'est tout à fait légal, on peut réserver nos places. Pourquoi pas aller en cours en respectant les gestes barrières ?

Vous sentez ce mal-être, autour de vous, dont on parle depuis plusieurs semaines ?

J'ai des amis qui vont mal. Et d'après les témoignages, les délais pour avoir un rendez-vous chez un psychologue, c'est de deux à six mois. Et on nous parle d'un psychologue pour 30.000 étudiants ! Les effectifs doivent doubler, mais ça n'est pas suffisant. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess